Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Real s’offre le Barça au Camp Nou

Fati a été l'auteur samedi du 400e but du club catalan face au Merengue




Fati a été l'auteur samedi du 400e but du club catalan face au Merengue (Fenêtre) Sergio Ramos en Messie: blessé cette semaine, le capitaine merengue est revenu à temps pour offrir au Real Madrid et à Zinédine Zidane une victoire libératrice (3-1) lors du premier clasico de l'histoire disputé à huis clos sur le terrain du FC Barcelone pour la 7e journée de Liga samedi. Capitaine métronome: complètement déboussolé en l'absence de Ramos mercredi face à l'équipe B du Shakhtar Donetsk en Ligue des champions (défaite 3-2), le Real Madrid a retrouvé son leader et sa combativité.

Victime d'un violent coup au genou gauche lors de la défaite des Merengue face au promu Cadix (1-0) samedi en Liga, Ramos a cette fois assommé le Barça avec un penalty concédé par l'international français Clément Lenglet sur un tirage de maillot dans la surface (60e). En début de match, Fede Valverde (5e) avait ouvert le score pour les champions d'Espagne en titre, rejoints trois minutes plus tard par le Barça sur une réalisation d'Ansu Fati (8e). Après le but décisif de Ramos, Luka Modric a enfoncé le clou (90e) pour offrir la victoire et la tête de la Liga à "Zizou". Après avoir encouragé ses hommes depuis les gradins du petit stade Di Stéfano mercredi, Ramos a repris sa place de chef d'orchestre sur la pelouse d'un Camp Nou vidé de ses 99.000 supporters.

Il offre ainsi une grosse respiration à Zinédine Zidane, qui s'inquiétait pour son avenir après deux défaites consécutives. "Je suis le responsable. (...) c'est à moi de trouver des solutions", avait assumé le technicien français vendredi, dans l'ambiance pesante générée par une affiche suivie par 650 millions de personnes dans le monde disputée en pleine deuxième vague de pandémie de nouveau coronavirus en Espagne. La solution, c'est Ramos: "Pour eux, c'est important de savoir si Ramos va jouer ou non. C'est un grand défenseur central avec beaucoup de personnalité sur le terrain, et il peut influer sur le match", prévoyait Ronald Koeman, vendredi. "On sait ce que représente Sergio pour nous. Pas seulement comme joueur. Pour toute l'équipe, pour la positivité qu'il apporte toujours sur le terrain", a encensé Zidane, toujours invaincu comme entraîneur lors des clasicos, après le match. Quelque peu emprunté sur les premières incursions catalanes, Ramos s'est ensuite montré dangereux comme d'habitude sur les coups de pied arrêtés madrilènes, et a assuré en défense, comme sur cette intervention nécessaire devant Ansu Fati (69e) dans la surface.

"L'équipe a montré que les critiques ne l'atteignent pas", a résumé Ramos au coup de sifflet final. Avec ce penalty difficile à juger mais accordé par l'arbitre avec l'aide de la vidéo, le Real a retrouvé des certitudes (comme un Thibaut Courtois exemplaire), et Ramos a éteint la performance du prodige catalan Ansu Fati, qui a encore battu des records de précocité samedi. Fati, qui fête son 18e anniversaire le 31 octobre, a repris du plat du pied droit un centre de Jordi Alba (8e) pour égaliser après l'ouverture du score de Fede Valverde, bien trouvé par Karim Benzema (5e).

A 17 ans et 359 jours, il est ainsi devenu le plus jeune buteur de l'histoire du clasico selon le Barça... mais seulement le 2e plus jeune d'après le réputé statisticien espagnol Alexis Martin-Tamayo, derrière Alfonso Navarro, qui avait marqué à 17 ans et 356 jours (seulement trois jours de moins que Fati) pour le Barça lors du clasico du 30 mars 1947. Dans tous les cas, Ansu Fati, déjà plus jeune buteur de Ligue des champions, du Camp Nou et du Barça en Liga, a été l'auteur samedi du 400e but du club catalan face au Real Madrid, dans un clasico ouvert et rythmé. Mais ces records de précocité n'ont servi à rien: après un festival face à Ferencvaros mardi soir en Ligue des champions (5-1), le soufflé du Barça est vite retombé. Lionel Messi et ses coéquipiers accusent déjà six points de retard sur leurs adversaires du jour, passés provisoirement en tête du championnat. Et Koeman, qui a cantonné Antoine Griezmann sur le banc des remplaçants et titularisé le jeune Pedri (17 ans) pour son premier clasico comme entraîneur, doit rebâtir des certitudes, au milieu d'un club toujours en crise.

Ziyech encore réserviste

Manchester United et Chelsea de Hakim Ziyech se sont partagés les points (0-0), samedi à Old Trafford, lors du choc de la 6è journée de Premier League. Les deux clubsse sont neutraliséslors de ce choc du championnat anglais où les deux protagonistes ont été trop timides tout au long de la rencontre. LesBlues ont longtemps eu le pied surle ballonmaissans parvenir à se procurer de réelles occasions de but. Entré en jeu à la 80è minute à la place de Pulisic, l'international marocain n'a toujours pas eu assez de temps de jeu pour étaler toute l'étendue de son talent. Le Marocain attend toujours sa première titularisation avec les Blues, après avoir été remplaçant lors de sa première apparition officielle en PremierLeague face à Southampton (3-3) et lors du match face au FC Séville en Ligue des champions. Côté Red Devils, ni Rashford, ni Cavani, entré en jeu pour la première fois sous le maillot mancunien, n'ont réussi à scorer devant le gardien des Blues Edouard Mendy au top de sa forme.

Premier but de Boufal avec Angers

L'international marocain Soufiane Boufal a contribué vendredi à la victoire d'Angerssur la pelouse de Rennes (2-1), et signe son premier but de la saison, en ouverture de la 8è journée de Ligue 1. Titularisé, l'attaquant marocain a offert le but d'égalisation aux Angevins après l'ouverture de score du joueur rennais Adrien Hunou (17è). Bien servi par Stéphane Bahoken dans la surface, le Marocain tente sa chance et voit sa frappe déviée par Da Silva avant de finir au fond des filets. A 30 minutes de la fin de la rencontre, les Angevins ont pris l'avantage grâce à un but d’Angelo Fulgini qui permet aux siens de décrocher les trois points de la victoire sur la pelouse du club rennais. Boufal, qui vient de signer pour le SCO d'Angers, a cédé sa place à Sada Thioub à la 69è minute de jeu. En manque de repères à Southampton, l'attaquant marocain en quête de temps de jeu, est revenu se relancer dans son club formateur Angers, où il a fait ses débuts professionnels avant de filer à Lille. Rennes a raté l'occasion de prendre la tête du championnat, tandis qu'Angers remonte à la 6ème place de la Ligue 1.

Taarabt prolonge avec Benfica

L'international marocain Adel Taarabt a renouvelé son contrat avec le Benfica Lisbonne jusqu'en 2023, a annoncé samedi le club lisboète sur son site internet. Repositionné milieu défensif après avoir passé toute sa carrière en tant qu'attaquant, le Marocain de 31 ans est désormais lié au club portugais jusqu'en 2023. A la faveur des bonnes performances du joueur à ce poste, Benfica lui a renouvelé sa confiance à travers ce nouveau contrat. "Pourmoi, c'est un grand plaisir de renouveler mon contrat avec ce grand club.Je pense que c'est une récompense pour ce que j'ai fait l'année dernière", a confié Adel dans un communiqué publié sur le site internet du club portugais. "C'est une année où nous voulonstout gagner, le championnat, les deux Coupes et nous espérons mener le voyage de la Ligue Europa jusqu'au bout. C'est notre rêve", a fait savoir le numéro 49 des Aigles de Benfica.

Libé
Dimanche 25 Octobre 2020

Lu 379 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 24 Novembre 2020 - 17:00 Griezmann : Messi, je le vois comme un modèle