Libération

Facebook
Rss
Twitter





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc présente ses atouts économiques à Canberra

Nécessité de réfléchir à des initiatives pour développer les relations économiques et diversifier les investissements




Le Maroc présente ses atouts économiques à Canberra
L’ambassadeur du Maroc en Australie, Karim Medrek, a présenté, jeudi à Canberra, les atouts économiques du Maroc, qui font du Royaume une destination privilégiée des investissements et une porte d’entrée par excellence sur l’Europe et l’Afrique.
Le Royaume, qui dispose d’une situation géographique stratégique et d’une stabilité politique, a renforcé ces dernières années sa position de porte d’entrée vers l’Europe et l’Afrique, a souligné M. Medrek lors d’une conférence organisée à l’Université nationale australienne (ANU) en présence de plusieurs ambassadeurs accrédités à Canberra, des professeurs universitaires et des étudiants de la prestigieuse université australienne.
Mettant en exergue l’engouement croissant des investisseurs étrangers pour des secteurs porteurs au Maroc, notamment les énergies renouvelables, l’agriculture, les infrastructures et le transport, l’ambassadeur a relevé que le Royaume s’impose désormais comme une plateforme mondiale d’investissement et de commerce grâce aux accords de libre-échange signés avec 56 pays, notamment avec l’UE, la Turquie et les Etats-Unis, rapporte la MAP.
Le Maroc a lancé d’importants chantiers de développement (Plan Maroc vert, Plan Halieutis, Vision tourisme 2020, Plan émergence, Plan logistique, etc.) pour dynamiser son économie, a souligné M. Medrek, rappelant que le Royaume a initié une panoplie de réformes incitatives à l’investissement, notamment la promulgation de la charte de l’investissement, la création de plusieurs zones franches, l’instauration de tribunaux de commerce, la création de Centres régionaux d’investissements, la modernisation progressive du secteur bancaire et financier et l’allégement des charges fiscales des entreprises.
S’agissant des relations économiques et des échanges commerciaux entre Rabat et Canberra, M. Medrek a indiqué qu’ils restent en deçà du niveau des excellentes relations politiques entre les deux pays, soulignant la nécessité de réfléchir à des initiatives pour développer les relations économiques et diversifier les investissements.
Par ailleurs, l’ambassadeur a souligné que le Royaume a adopté, grâce à la vision clairvoyante de S.M le Roi Mohammed VI, une approche inclusive et démocratique, englobant les différents aspects du développement humain pour la construction d’un véritable modèle de société.
Ainsi, le Maroc accorde une grande importance à la mise en place de programmes ayant pour objectif l’inclusion des jeunes dans les zones urbaines et rurales en contribuant aux activités économiques du Royaume, a-t-il affirmé.
Dans ce sens, Sa Majesté le Roi a récemment lancé le Programme intégré d’appui et de financement des entreprises, qui s’articule autour de trois principaux axes, à savoir le financement de l’entrepreneuriat, la coordination des actions d’appui et d’accompagnement de l’entrepreneuriat au niveau des régions et l’inclusion financière des populations rurales, a poursuivi M. Medrek, notant que ce programme comporte plusieurs mesures destinées à contenir et à dépasser les difficultés qui entravent l’accès au financement des jeunes porteurs de projets et des très petites et petites entreprises.
Pour sa part, Dr. Bob Gregor, professeur d’économie à l’ANU, a souligné l’importance de cette rencontre pour découvrir les atouts économiques du Maroc, “qui pourrait constituer une véritable passerelle pour l’Australie vers l’Europe, mais surtout vers l’Afrique, qui enregistre la croissance la plus rapide au monde”.
“L’Australie est orientée vers l’Europe, les Etats-Unis et l’Asie-Pacifique, ce qui lui fait perdre des opportunités énormes en Afrique”, a regretté Dr. Gregor, faisant savoir que les investisseurs australiens ont beaucoup à apprendre de l’expertise cumulée par le Maroc dans sa coopération Sud-Sud avec les pays africains.
Les deux pays partagent plusieurs similarités en termes d’atouts économiques, notamment dans les secteurs des mines, de l’agriculture et des énergies renouvelables, a indiqué Dr. Gregor, appelant les acteurs économiques des deux pays à partager leur savoir-faire et leur expertise dans ces domaines à grande valeur ajoutée.

Samedi 7 Mars 2020

Lu 829 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.