Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc plaide pour un commerce inclusif stimulé par les nouvelles technologies

Explorer les perspectives de développement du commerce pour assurer une meilleure intégration continentale




«Commerce inclusif et nouvelles technologies: enjeux et défis pour les pays africains» est le thème de la session de travail organisée conjointement, jeudi à Genève, par le ministère de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce, et de l'Economie numérique et la mission permanente du Maroc auprès de l'Office des Nations unies et d'autres organisations internationales.
Tenue au siège de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dans le cadre du forum public, cette rencontre avait pour objectif de sensibiliser sur le retard pris par les pays africains en matière des nouvelles technologies et son impact sur le développement inclusif du commerce, souligner l'importance des nouvelles technologies pour la réussite de l'intégration en Afrique dans le cadre de la zone de libre-échange continentale africaine et cerner les enjeux et défis que présentent les discussions en cours sur le commerce électronique au sein de l'OMC pour les pays en développement, notamment africains, rapporte la MAP.
La rencontre, modérée par Mme Latifa El Bouabdellaoui, directrice des relations commerciales internationales au ministère de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce, et de l'Economie numérique, a connu la participation d'une pléiade d'experts, de représentants d'organismes internationaux et d'ambassadeurs d'Afrique et d'autres pays.
Elle a été rehaussée par la présence de l'ambassadeur représentant permanent de l'Union africaine aux Nations unies et aux organisations économiques basées à Genève, Ajay Kumar Bramdeo, de l'ambassadeur de l'Equateur et président du commerce et du développement à l'OMC, Diego Diego Aulestia, de l'économiste en chef au centre du commerce international, Mme Mario Jansen, outre l'ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l'Office des Nations Unies à Genève, Omar Zniber.
La rencontre a été notamment l'occasion pour les panélistes d'explorer les perspectives de développement du commerce par la voie des nouvelles technologies au niveau africain pour assurer une meilleure intégration continentale.
Lors de cette rencontre, l'accent a été mis sur l'importance de développer les infrastructures dans le domaine du commerce électronique et l'encouragement des instances législatives et institutionnelles chargées de la promotion des nouvelles technologies.
Les interventions ont de même souligné que le commerce électronique devra connaître une croissance notoire à l'horizon 2025. Un appel a été lancé, à cette occasion, aux petites et moyennes entreprises pour qu'elles s'attellent sur l'exploitation des bases de données pour une meilleure circulation de leur produit et un meilleur accès aux marchés potentiels.
Les intervenants ont attiré l'attention par ailleurs sur le faible niveau de connectivité en Afrique, appelant à la conjugaison des efforts pour remédier à cette situation.
Dans ce sens, le Maroc a été cité parmi les pays les plus avancés en matière de commerce électronique à l'échelle continentale.
La question des nouvelles technologies figure parmi les points de blocage à l'OMC, entre les pays souhaitant le lancement d'un processus de négociation à cet égard et ceux qui insistent notamment sur la nécessité de réduire, en premier lieu, la facture numérique.
Le forum public de l'OMC est la plus importante plateforme annuelle de dialogue ouverte aux représentants issus de la société civile, des milieux universitaires, du monde des affaires, des médias, des gouvernements, des milieux parlementaires, et des organisations inter-gouvernementales.

Samedi 6 Octobre 2018

Lu 859 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.