Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Le FCMT rend hommage à l'acteur égyptien Sherif Mounir


Libé
Mercredi 15 Juin 2022

La 27ème édition du Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan (FCMT) rendra hommage, vendredi au théâtre cinéma Español, à l’acteur égyptien Sherif Mounir.


Cet hommage constitue une marque de reconnaissance à la précieuse contribution de ce talentueux artiste au rayonnement du cinéma égyptien, qui a longtemps dominé les écrans du monde arabe par ses productions, et à l'enrichissement de la scène culturelle et artistique égyptienne et arabe, indique la Fondation du Festival dans un communiqué.


Il est à noter que la cérémonie d'ouverture de cette édition, organisée par la Fondation du Festival, en partenariat avec le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, la province de Tétouan, le Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, la commune de Tétouan et d'autres partenaires, a été marquée par un vibrant hommage rendu à l’actrice franco-belge Déborah François, à l’acteur espagnol Alex Brendemühl et au réalisateur marocain Nour-Eddine Lakhmari. 

Douze longs métrages, produits en 2021, sont en lice pour les prix de cette édition, dont celui de la critique qui porte le nom de l'écrivain et critique de cinéma marocain, feu Mustafa Mesnaoui.
 Le programme culturel de cette édition, qui se poursuivra jusqu'au 17 juin, propose également deux colloques croisés sous les thèmes "Le cinéma à l'ère du numérique : médium, art et discours critique" et "Le patrimoine cinématographique à l'ère du numérique entre mémoire et oubli".


Durant le festival, une série d'ateliers, de formations et de cours sur le cinéma seront aussi organisés au profit des élèves de plusieurs établissements de la ville de Tétouan, notamment ceux du milieu rural. 


Bouillon de culture

Agadir Cultures
 
La première édition de la manifestation "Agadir Cultures", aura lieu du 17 juin au 1er juillet prochain. 
L’objectif de cet événement qui met à l’honneur divers aspects de la production culturelle marocaine, est de permettre la rencontre entre des publics de diverses générations autour d’un programme culturel de grande qualité, ont indiqué les initiateurs de cette édition lors d'un point de presse tenu lundi, à Agadir.


Au menu de cette manifestation qui connaîtra la participation d’une vingtaine d’artistes et de conférenciers, figure notamment l’organisation de 17 événements qui incluent des concerts, du théâtre, du cinéma, de la littérature, et de la danse.


Au programme de cette édition, des rencontres avec des intellectuels, des écrivains et des artistes du Maroc et d’ailleurs, venus partager leurs histoires et leurs expériences. 
"Agadir Cultures" est organisé par "Connect Institute", organisme fondé en 2014 à Agadir dont la mission est de favoriser l’épanouissement des jeunes et leur émancipation par la culture.

"Connect Institute" est présent dans 6 villes au Maroc, notamment à travers son réseau de centres d’éducation alternative par la culture. 
"Agadir Cultures" est organisé avec la contribution active des 200 jeunes participants aux programmes de "Connect Institute" à Agadir et dans d’autres villes. 

 
Yamen Manaï
    

 
Le Tunisien Yamen Manaï a reçu mardi le prix Orange du livre en Afrique pour son roman "Bel abîme", sur un adolescent de la région de Tunis en pleine révolte. 
Remis à Dakar dans la soirée, le prix récompense depuis 2019 un roman écrit en langue française par un écrivain africain et publié par un éditeur du continent, en l'occurrence les éditions Elyzad.
 Yamen Manaï, 42 ans, ingénieur de formation, vit en France depuis ses 18 ans.


Le roman, court, dépeint la violence familiale subie par une bonne partie de la jeunesse tunisienne, à travers l'histoire d'un garçon de 15 ans incarcéré pour avoir tué son père. "Entre fureur, rage et passion, le narrateur dénonce la barbarie et les maux qui gangrènent sa société, depuis la cellule familiale ainsi que l'école, jusqu'aux institutions politiques", a souligné le jury dans un communiqué. "Pour cette quatrième édition, 57 romans ont été proposés par 39 maisons d'édition basées dans 15 pays d'Afrique francophone", a-t-il ajouté.

Les cinq autres finalistes sont venus du Bénin, du Cameroun, du Mali, de Mauritanie et de Tunisie. 
Lors de sa première édition, le prix avait distingué la Camerounaise Djaïli Amadou Amal, qui avait plus tard remporté le prix Goncourt des lycéens 2020 pour "Les Impatientes". 




Lu 1164 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >