Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le CAM et l’AFD au chevet des exploitations agricoles et des unités agro-industrielles

Signature d’une convention de subvention visant à faciliter l’accès des TPE/PME au financement




Mihoub  Mezouaghi, directeur de l’AFD au Maroc, et Tariq  Sijilmassi,  directeur du Directoire du GCAM, en marge du SIAM à  Meknès 2019
Mihoub Mezouaghi, directeur de l’AFD au Maroc, et Tariq Sijilmassi, directeur du Directoire du GCAM, en marge du SIAM à Meknès 2019
Le Crédit Agricole du Maroc (CAM) et l’Agence française de développement (AFD) ont décidé de joindre de nouveau leurs forces pour soutenir les exploitations agricoles et les unités agro-industrielles du Royaume.
Dans un communiqué rendu public récemment, on apprend ainsi que les deux institutions ont procédé à la signature d’une convention de subvention en vue d’accélérer le développement d’une agriculture durable.
Encourager des projets ayant un impact en matière de développement durable et de protection des ressources naturelles. Tel est l’objectif dudit accord qui s’inscrit dans la lignée des objectifs poursuivis par la nouvelle stratégie du ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux Forêts et « Generation Green » et dont le montant s’élève à 16,8 millions de dirhams.
Selon les termes du nouvel accord, celui-ci vise particulièrement les projets qui participent au déploiement d’une agriculture plus durable et locale, à savoir : l’irrigation raisonnée, l’efficacité énergétique, l’agriculture biologique, le traitement des déchets agricoles ou encore l’agriculture du terroir, rapporte la MAP qui cite le communiqué.
L’accord relève ainsi que la subvention d’appui technique accordée par l’Agence française doit contribuer à la transformation des pratiques des acteurs du monde agricole vers une agriculture plus durable et respectueuse des ressources naturelles.
Dans le cadre dudit accord, il est également indiqué qu’un accompagnement adapté, à la fois technique et financier, sera ainsi proposé aux porteurs de projets d’installation ou de reconversion à l’agriculture biologique, de revalorisation des déchets agricoles ou encore de développement des énergies renouvelables, apprend-on de même source. Et de souligner, en outre, que cette subvention permettra de structurer et d’enrichir l’offre du CAM en matière de financement d’une agriculture durable.
Comme on l’aura noté, la signature de cet accord intervient dans un contexte particulier marqué par la crise sanitaire provoquée par la pandémie du coronavirus (Covid-19). Ce qui explique, sans doute, le versement anticipé d’un montant de 336 millions de dirhams sur la nouvelle ligne de crédit. L’objectif étant de faciliter l’accès des très petites entreprises (TPE) et petites ou moyennes entreprises (PME) au financement.
Considérée comme l’un des principaux partenaires des autorités publiques et des acteurs privés du Maroc pour contribuer à concilier croissance et climat, l’AFD n’en est pas à sa première action au Maroc.
En avril 2019, presque jour pour jour, l’Agence avait accordé un prêt de 50 millions d’euros au Groupe Crédit Agricole du Maroc en soutien à un projet d’appui au développement de pratiques agricoles durables au Maroc.
Destiné à accompagner « le GCAM dans le développement et le financement de pratiques agricoles durables en faveur d’exploitations agricoles et d’unités agro-industrielles privées en zones rurales », ce projet visait également « à faire croître le marché des investissements verts au Maroc et à accompagner les exploitations agricoles dans la réduction de leur empreinte environnementale et climatique », avait alors expliqué l’AFD dans une note publiée à cette période et visible sur son site Internet.
A propos de la nouvelle ligne qui vient d’être octroyée au GCAM dont il est le président du directoire, Tariq Sijilmassi a déclaré qu’elle « vient consolider et consacrer la relation durable entre notre institution et l’AFD », soulignant que « nous en sommes particulièrement heureux d’autant plus que c’est la 4ème ligne qui a été mise en place en notre faveur ».
Cité dans le même communiqué, il ajoute : « Elle nous permettra notamment d’appuyer et de renforcer nos actions de soutien aux secteurs de l’agriculture et de l’agro-industrie et de continuer à décliner efficacement notre mission de service public et d’appui aux populations défavorisées ».
Le directeur de l’AFD au Maroc, Mihoub Mezouaghi, a pour sa part déclaré : « Nous sommes pleinement mobilisés pour accompagner nos partenaires dans les actions qui permettront de traverser cette crise sanitaire dont l’impact économique est encore difficile à évaluer », a-t-il indiqué estimant qu’il est important que l’Agence marque sa pleine confiance dans le secteur bancaire marocain « pour apporter un soutien aux acteurs économiques du monde agricole dans cette période de forte incertitude ».
Selon les données remontant à 2018, les financements de l’AFD au Maroc ont notamment permis le transport quotidien de 200.000 personnes en tramway ; la formation de 10.000 personnes dans les centres de formation ; la réhabilitation de plus de 280 établissements scolaires primaires et secondaires dans des zones prioritaires ; un accès pérenne à l’eau potable pour 150.000 personnes ainsi que des économies d’émission de plus de 500.000t CO2/an grâce au développement de l’énergie solaire.

Alain Bouithy
Samedi 18 Avril 2020

Lu 108 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.