Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La famille de la petite balle jaune tient son A.G. à Khémisset

Le tennis national en quête d’un nouvel élan


MOHAMED BOUARAB
Vendredi 27 Février 2009

La famille de la petite balle jaune tient son A.G. à Khémisset
La Fédération Royale marocaine de tennis (FRMT) a opté pour la ville de Khémisset pour tenir ce week-end les travaux de ses assemblées générales ordinaire et extraordinaire. Une assemblée qui vient huit ans après la tenue de la toute dernière, ce qui lui vaut un caractère spécial dans la mesure où toute la famille de la balle jaune s’attend à voir sur quoi elle va déboucher. Sa programmation à cette date est bien loin d’être fortuite du fait qu’elle coïncide avec la tenue du Circuit international Mohammed VI de tennis, épreuve répartie sur quatre étapes. Une assemblée qui ne manquera certainement pas de revêtir une grande importance, puisque d’aucuns sont allés vite en besogne, en annonçant le retrait du doyen des présidents, Mohamed Mjid, à la tête de l’instance fédérale depuis quatre décennies. Une présidence durant laquelle le tennis national est passé d’un sport où les bons résultats se faisaient une denrée rare à un autre ponctué par des exploits réalisés dans les tournois les plus huppés du circuit ATP, sans omettre les prestations de l’équipe du Maroc en Coupe Davis. S’il y a eu recul, il serait déplacé de taxer l’appareil fédéral, malgré les critiques qui tiennent la route, de tous les maux. La FRMT avec les moyens du bord s’est acquittée de sa mission, vulgarisant davantage ce sport, tout en oeuvrant depuis les années 80 à intégrer le Maroc dans un circuit qui fut pour longtemps chasse-gardée des grandes nations de tennis. Plus d’une trentaine de tournois internationaux, allant de l’ATP et WTA, en passant par les Futures et les Challengers, sans oublier les ITF. Un tennis offert aux raquettes du terroir au moindre frais, sauf que le résultat escompté tarde à suivre. Si la relève n’a pas encore pris forme, faut-il prendre la Fédération pour seule et unique responsable ? Et les clubs dans toute cette histoire ? La faute aux autres ne peut marcher à tous les coups.


Lu 358 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Janvier 2022 - 17:05 Le fiasco de l'Algérie

Vendredi 21 Janvier 2022 - 17:00 Patrice Beaumelle: Un match référence

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS