Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Zlecaf jouera un rôle majeur dans le développement des échanges entre le Maroc et le Nigeria


Libé
Lundi 13 Décembre 2021

Les échanges commerciaux et d'expériences entre les deux pays doivent se faire "de manière plus régulière"

La Zone de libre-échange africaine (Zlecaf) jouera un rôle majeur dans le développement des échanges entre le Maroc et le Nigeria, qui ont la responsabilité de "tirer vers le haut" le continent, ont souligné les participants à un webinaire organisé par l'Association marocaine des exportateurs (ASMEX) en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie d’Abuja. Dans son mot d’ouverture adressé aux 200 entreprises présentes lors de ce webinaire intitulé "Morocco-Nigeria: Enhancing opportunities for your business", le président de l'ASMEX, Hassan Sentissi El Idrissi, a souligné ainsi que les opportunités d’investissement existent partout, mais il faut savoir comment les saisir et en tirer le meilleur, notamment grâce à la Zlecaf qui a pour but de renforcer les échanges entre les pays du continent en général et les échanges entre le Maroc et le Nigeria en particulier, rapporte la MAP. Cité par un communiqué de l'ASMEX, M. Sentissi El Idrissi a relevé que le Nigeria constitue l'un des plus grands marchés économiques d’Afrique avec lequel le Maroc s’est engagé sur plusieurs chantiers importants. Et d'ajouter que les échanges commerciaux et les échanges d'expériences entre le Maroc et le Nigeria doivent se faire "de manière plus régulière" afin de faire avancer le continent et fructifier la coopération Sud-Sud. Pour sa part, Moha Ouali Tagma, ambassadeur du Maroc au Nigeria a fait état des grands projets communs entre les deux pays. "La visite de SM le Roi Mohammed VI au Nigeria en 2016 et la visite de son Excellence Muhammadu Buhari au Maroc en 2018 ont marqué un moment historique dans l’histoire des relations entre nos deux pays et ont pour but de donner une toute autre dimension à la coopération Sud-Sud, en plus de donner une toute autre dimension aux coopérations commerciales et économiques entre les deux pays", a-t-il affirmé. Il a, en outre, souligné que parmi les conventions signées, deux concernent le gazoduc et la production d’engrais, lesquelles "en disent long sur les intentions des deux pays", notant qu'il est attendu que la Zlecaf "facilitera la libre circulation des biens et services et renforcera les échanges d’expertises". Le méga-projet de gazoduc (5600km), acté cinq ans auparavant, lors de la visite du Souverain au Nigeria, aura par ailleurs "un grand impact sur les relations entre les deux pays", a-t-il souligné, ajoutant que toutes les composantes de son écosystème ont entamé le travail après avoir analysé sa faisabilité en toutes circonstances. L'ambassadeur a aussi profité de cette rencontre pour lancer un appel aux acteurs économiques entre les deux pays pour privilégier les échanges Sud-Sud afin de concrétiser cette collaboration dans un esprit win-win, fait savoir le communiqué. Dans le même sillage, la présidente de la Commission Afrique de l’ASMEX, Saloua Karkri, a relevé que "deux priorités persistent aujourd’hui, mettre en place un observatoire de commerce extérieur et étudier les opportunités d’investissement et d’export, suite à l’entrée en vigueur de la Zlecaf qui offre d’importantes potentialités en comprenant un peu plus d’un milliard de consommateurs" rappelant, à cet effet, l’impératif de profiter de toutes les opportunités offertes par le contexte et le bon climat des affaires dans les deux pays. Selon l'ASMEX, les chiffres actuels des échanges entre le Maroc et le Nigeria "ne sont pas suffisants et ne reflètent pas du tout l’impact" des deux pays sur le continent mais le potentiel de développement est "considérable" et les deux parties sont déterminées à rattraper le temps perdu depuis les visites des chefs d’Etat. Les importations du Maroc depuis le Nigeria ont connu d’importantes baisses sur la période 2013-2020. Le Maroc a commencé à exporter des produits électroniques du Nigeria à partir de 2019 et qu'il est actuellement le 43e fournisseur du Nigeria, tandis que ce dernier est le 65e fournisseur d Maroc, précise le communiqué. Le marché nigérian est très prometteur pour les exportateurs marocains et comporte d’importants secteurs à forts potentiels d’exportation, non exploités comme celui de l’industrie mécanique et métallurgique (IMM), de l’automobile, de l’électronique/électrique, de la chimie-parachimie en plus du marché agroalimentaire et pêche qui présente d’innombrables opportunités pour les investisseurs et exportateurs marocains, relève l'ASMEX. Ce webinaire fait suite aux récents échanges entre le Royaume et le Nigeria et le grand développement des relations bilatérales économiques entre Rabat et Abuja. Dans ce sens et afin de déterminer comment insuffler plus de dynamisme et générer plus d’investissement, ce webinaire a réuni plusieurs personnalités actives en matière de diplomatie économique en plus des experts et des opérateurs eux-mêmes désireux d’activer les leviers qui dynamiseront davantage les relations bilatérales, souligne le communiqué. Cette rencontre a connu notamment la présence du président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Abuja, Al Mujtaba Abubakar, l'ambassadeur du Nigeria au Maroc, Bachir Ibrahim Salah El Husseini, le directeur de la défense et de la réglementation commerciale au ministère de l’Industrie et du Commerce, Said Maghraoui, la directrice export à l’AMDIE, Meriem Kabbadj, le représentant de la Commission nigériane de la promotion d’investissements, Emeka Offor et le professeur Adesoji Adesugba, directeur général de la Nigeria Export Processing Zones Authority (NEPZA).
 


Lu 890 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 21 Janvier 2022 - 17:05 L’IPC annuel moyen a grimpé de 1,4% en 2021

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS