Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Rentrée littéraire marquée par la parution de plus de 250 ouvrages

Initiée par la Fondation Attijariwafa Bank et l'Union des éditeurs du Maroc




La troisième édition de la Rentrée littéraire a été lancée, lundi soir, à Casablanca, célébrant la parution de plus de 250 ouvrages, en présence d’un parterre de choix et d'un nombre impressionnant d’éditeurs marocains et étrangers. Initié par la Fondation Attijariwafa Bank et l'Union professionnelle des éditeurs du Maroc, ce rendez-vous culturel, qui se tient en marge de la 24ème édition du Salon international du livre et de l'édition (SIEL) de Casablanca, a été l’occasion pour l’assistance de découvrir les dernières nouveautés de l’édition et de s’imprégner des dernières tendances littéraires de l’année 2017.
Cet évènement culturel a été vivement salué par le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed El Aaraj, qui a souligné dans son allocution d’ouverture, que la Rentrée littéraire, qui marque depuis trois ans la rencontre des écrivains avec leurs lecteurs, ne cesse d’enrichir le paysage culturel national et d’encourager la lecture et l’édition. "Le lancement de la rentrée littéraire en marge de la 24ème édition du SIEL reflète la dimension exceptionnelle du partenariat fructueux liant le ministère à ses partenaires dans l’objectif d’encourager la lecture et l’édition, la consolidation du dialogue entre les cultures et la diffusion du savoir", a dit M. El Aaraj.
Le ministre a réitéré la détermination de préserver la place de choix qu’occupe le SIEL, non seulement en tant qu’événement culturel annuel, mais aussi en tant que facteur fondamental pour renforcer l’indice de la lecture chez le grand public, particulièrement les jeunes, invitant les acteurs concernés à sensibiliser aux bienfaits de la lecture de manière régulière et à l’importance du livre dans le développement culturel. Il a, en outre, affirmé que son département continuera la mise en œuvre de son approche participative dans la gestion du dossier national de la culture qui, selon lui, touche tous les secteurs et toutes les tranches sociales.
De son côté, le président directeur général du groupe Attijariwafa Bank, Mohamed El Kettani, a fait valoir, dans un mot de bienvenue, que cette cérémonie est l’occasion de rappeler l’importance de soutenir la production intellectuelle sous toutes ses formes, et d’encourager la lecture comme moyen de transmission du savoir, particulièrement auprès de la jeunesse. "Nous sommes conscients que ce double défi ne peut être relevé sans l’implication effective de toutes les composantes de la société aux côtés des pouvoirs publics, particulièrement le ministère de la Culture et de la Communication", a insisté M. El Kettani.
Cette initiative conjointe de la Fondation Attijariwafa Bank et de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc, qui met à l’honneur le livre et les éditeurs marocains, célèbre cette année plus de 250 nouveaux titres publiés par une vingtaine de maisons d’édition marocaines, s’est-il réjoui, relevant que la forte affluence que connaît chaque année le SIEL confirme l’intérêt croissant d’un public qui veut se cultiver.
Pour sa part, le président de l'Union professionnelle des éditeurs du Maroc, Abdelkader Retnani, a souligné que "cette 3ème édition, riche de ses 250 nouveautés livresques, prouve que nous avons réussi à bâtir ensemble une ossature solide qui reflète l’édition marocaine tant au niveau qualitatif que quantitatif". "Notre mission de promotion de l’activité littéraire a aussi, et surtout, besoin de tous les organes de presse afin qu’elle soit relayée et communiquée", a estimé M. Retnani. La cérémonie a été marquée par la présence de plusieurs personnalités publiques et privées, dont Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l’Homme et Jean-François Girault, ambassadeur de France au Maroc.
En marge de cette cérémonie, une conférence-débat sur "le rôle de l’écriture dans les mutations sociales" a réuni la sociologue Rahma Bourqia, l’historien Abdeslam Cheddadi et le politologue Mohamed Tozi, pour s’arrêter sur les bienfaits de la lecture ainsi que sur la diversité et enjeux des écrits professionnels dans les mutations sociales.
Par ailleurs, cet évènement a été également marqué par l’annonce du lancement par la Fondation Attijariwafa bank, du Prix du livre de l’année, premier prix littéraire accordé par une institution privée au Maroc.

Mercredi 14 Février 2018

Lu 510 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés