Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La BERD table sur une croissance de l’économie nationale de 3,1% en 2023

Le pays reste toutefois vulnérable aux augmentations des prix des hydrocarbures, selon la Banque européenne


Alain Bouithy
Vendredi 19 Mai 2023

Dans son dernier rapport sur les perspectives économiques régionales, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) anticipe une accélération de la croissance du produit intérieur brut (PIB) de 3,1% pour le Maroc en 2023.

Selon le document rendu public mardi 16, le PIB sera tiré par «la reprise de l'agriculture et la modération de l'inflation, ainsi que par l'amélioration de la confiance des investisseurs suite au retrait du pays de la liste grise du Groupe d'action financière internationale (GAFI)».

La croissance devrait être conforme aux niveaux antérieurs à la pandémie à partir de 2024, d’après la BERD. Elle devrait s’accélérer pour atteindre 3,2%, a poursuivi la Banque européenne de même source, estimant que «les progrès réalisés en matière de réformes pourraient lui donner un élan supplémentaire».

Prudente, la Banque européenne prévient toutefois que l’économie marocaine reste vulnérable aux augmentations des prix des hydrocarbures, rappelant que le pays importe la majeure partie de son énergie.

Les perturbations de la chaîne d'approvisionnement mondiale pourraient constituer un nouveau frein à la croissance

Par ailleurs, selon l’institution financière fondée en 1991, « les perturbations de la chaîne d'approvisionnement mondiale pourraient constituer un nouveau frein à la croissance, tandis qu'une détérioration de la situation mondiale pourrait affecter le Maroc par le biais d'une baisse de la demande en Europe et d'un resserrement des conditions financières ».

A titre de rappel, l'économie marocaine s’est contractée en 2022 affichant une croissance de 1,1%, après un fort rebond de 7,9 % en 2021.

Comme le rappelle la BERD dans son rapport, le secteur agricole s'est contracté en raison d'une grave sécheresse, tandis que la croissance non agricole a été de 3,1%, principalement tirée par le tourisme et le commerce.

L'inflation s'étant accélérée pour atteindre 6,6% en 2022 en moyenne (contre 1,4 % en 2021), en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires et des transports, Bank Al-Maghrib a relevé à trois fois son taux directeur de 150 points de base cumulés pour le porter à 3%.

Dans l’ensemble de la région du sud et de l'est de la Méditerranée (SEMED), la BERD table sur une croissance économique modeste en 2023. «La Banque s'attend à une légère reprise de la croissance du produit intérieur brut (PIB) à 3,6% en 2023, contre 3,1% en 2022, alors que les économies de la région SEMED s'adaptent à l'impact de la guerre en Ukraine, que le secteur agricole rebondit et que les réformes progressent ». 

L’institution financière, qui a pour vocation de «favoriser la transition vers des économies de marché » et de «promouvoir l’initiative privée et l’esprit d’entreprise», estime toutefois que les perspectives d'inflation mondiale difficiles et l'incertitude politique restent des risques à la baisse.

Avec une croissance moyenne du PIB de plus de 4%, la reprise devrait s'accélérer en 2024, à mesure que les réformes progressent dans toutes les économies de la région.

Rappelons que la BERD se concentre au Maroc sur le développement du potentiel entrepreneurial du Maroc, la promotion de l'entrepreneuriat féminin et l’accroissement des financements en direction des petites et moyennes entreprises. La Banque européenne apporte aussi un soutien au développement économique régional et à l'intégration des femmes en améliorant l'environnement entrepreneurial et en soutenant l'égalité des chances en matière d'emploi pour les hommes et les femmes dans les zones rurales.

Elle s’intéresse aussi au caractère durable de l’économie et à l’amélioration de l'efficacité et de la qualité des infrastructures et des biens publics par la commercialisation des services et des infrastructures publics.

La BERD est en outre présente dans l’approfondissement et le développement des marchés des capitaux en élargissant la gamme des instruments financiers et en promouvant des solutions financières innovantes.

Alain Bouithy
 
 
 


Lu 761 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP











Flux RSS
p