Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'équipe du film “Mes vies de chien” accusée de cruauté animale




Les associations de défense des animaux ont appelé à boycotter le film "Mes vies de chien", du réalisateur suédois Lasse Hallström, après la diffusion d'une vidéo montrant un chien terrifié forcé de sauter dans l'eau. La vidéo tournée en 2015 et diffusée par le site de célébrités TMZ montre un berger allemand qui se débat pour ne pas sauter dans un bassin utilisé sur le tournage du film, où l'eau déferle comme dans un torrent. "Il ne va pas se calmer tant qu'il n'est pas dans l'eau, tu n'as qu'à l'y jeter", entend-on quelqu'un dire dans la vidéo tandis que le chien s'accroche à l'extrémité du bassin avant d'y être poussé. TMZ affirme que ces images ont été tournées près de Winnipeg, au Canada. La vidéo d'environ une minute se termine avec le chien qui coule après avoir essayé de s'agripper au rebord du bassin. Des membres de l'équipe de tournage sont alors vus en train d'aller à sa rescousse. Les associations de défense des animaux, notamment Peta, se sont insurgées mercredi. "Peta appelle les amateurs de chiens à boycotter le film de façon à envoyer le message que les chiens et autres animaux doivent être traités humainement, pas comme des accessoires de production", a déclaré Lisa Lange, vice-présidente de l'association, interrogée par l'AFP. Une association canadienne, Animal Justice, a dit de son côté avoir porté plainte au Canada contre les cinéastes pour cruauté envers des animaux. "Il est illégal d'infliger de la souffrance et de l'anxiété aux animaux, et il n'y a pas de disposition qui permette aux cinéastes d'Hollywood de les maltraiter en toute impunité", a déclaré Camille Labchuk, directrice exécutive d'Animal Justice. American Humane, l'organisation qui supervise la sécurité des animaux sur les tournages, s'est déclarée "perturbée et inquiète des images" diffusées par TMZ. "Quand le chien a montré qu'il ne voulait pas sauter dans l'eau, la scène aurait dû s'arrêter", a-t-elle ajouté dans un communiqué reçu par l'AFP.
"Notre représentant qui se trouvait sur ce tournage a été placé en congé administratif immédiat et nous allons faire appel à un tiers indépendant pour mener une enquête", ajoute ce communiqué.

Vendredi 20 Janvier 2017

Lu 1408 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif