Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’attractivité de l’économie marocaine laisse encore à désirer

Une enquête d’opinion réalisée par le CMC auprès des opérateurs économiques




Le CMC a procédé au lancement pour la deuxième fois son enquête de perception sur l’attractivité de l’économie marocaine. Cette enquête a été réalisée auprès d’un échantillon d’opérateurs économiques selon une méthodologie spécifique. Le CMC a choisi, après examen de plusieurs facteurs, une liste de 15 facteurs considérés comme les plus influents sur l’attractivité.
Le but de cette enquête est de mesurer l’évolution de l’attractivité du Maroc au fil des années, à travers un Indice stable, afin de vérifier l’impact des différentes politiques publiques sur ces facteurs et en conséquence sur l’attractivité économique du pays.
Les flux d’IDE restent le thermomètre principal de l’effet de l’attractivité de l’économie envers l’extérieur et les investissements nationaux pour l’attractivité interne.
A travers cette enquête, une partie importante des facteurs qui expliquent la faiblesse de ces deux agrégats économiques sera analysée.
Selon les résultats de cette deuxième enquête, l’indice de l’attractivité au titre de 2016 s’est situé à 49,1 sur une échelle de 100 points au lieu de 46,9 enregistré en 2015. Ainsi, la valeur de l’indice de l’attractivité s’est améliorée de 2 points Toutefois, cette valeur reste toujours inférieure à la moyenne (50 points).
Ce résultat dénote que l’attractivité de l’économie marocaine reste au-dessous de la moyenne par rapport aux jugements portés par les opérateurs sur les 15 facteurs les plus déterminants de l’attractivité économique au Maroc.
 

Selon la perception des opérateurs, la faiblesse de l’attractivité est due principalement au niveau de prévalence de la corruption, à la qualité de la justice, au niveau de la transparence des procédures administratives et à la faiblesse du pouvoir d’achat.
Afin d’améliorer l’attractivité de l’économie marocaine, les opérateurs économiques souhaitent qu’une attention particulière soit accordée à la qualité de la justice, au niveau de la transparence des procédures administratives, à la qualité des ressources humaines, à la qualité des institutions et au coût des facteurs de production.

Importance des facteurs de l’attractivité
Selon l’enquête de perception de l’attractivité de 2016, le premier facteur qui influence l’attractivité reste la qualité des infrastructures, la qualité des institutions et le coût des facteurs de production. Le reste de la liste se présente comme suit :

 

L’attractivité de l’économie marocaine laisse encore à désirer
La situation actuelle des facteurs d’attractivité
Selon les résultats de l’enquête, seulement 6 facteurs d’attractivité sur 15 ont obtenu des notes supérieures à 5 points, il s’agit des facteurs suivants :

 

L’attractivité de l’économie marocaine laisse encore à désirer
Alors que 5 facteurs ont reçu des notes faibles et doivent faire l’objet, en conséquence,
d’une attention particulière de la part des pouvoirs publics, il s’agit de :

Le jugement direct des facteurs d’attractivité :
Selon les résultats de l’enquête et suite au jugement direct apporté à chaque facteur d’attractivité par les opérateurs, trois facteurs seulement ont été mal appréciés. La qualité des infrastructures reste pour 85% des opérateurs le facteur le plus important dans l’attractivité économique. L’etat de jugement des facteurs d’attractivité par les opérateurs économiques se présente comme suit :

1/ Qualité des institutions :
Seulement 53,6% (45,2% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité dans les conditions actuelles.

L’attractivité de l’économie marocaine laisse encore à désirer
2/ Niveau de transparence des procédures administratives :
Seulement 17% (21,4% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à
l’attractivité dans les conditions actuelles.

3/ Le délai d’octroi des autorisations d’investissement :
Seulement 36,5% (26,2% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité dans les conditions actuelles.

4/ La qualité des ressources humaines :
Seulement 36,6% (28,6% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité dans les conditions actuelles.

5/ Qualité de la justice :
Près de 53,6% (9,5% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité dans les conditions actuelles.

6/ La taille du marché intérieur :
Seulement 41,4% (30,9% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité dans les conditions actuelles.

7/ Le coût des facteurs de production :
Près de 53,6% (38,1% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité dans les conditions actuelles.

8/ Le pouvoir d’achat :
Seulement 34,1% (23,8% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité dans les conditions actuelles.

L’attractivité de l’économie marocaine laisse encore à désirer
9/ Qualité des infrastructures :
Près de 56,1% (54,8% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité
dans les conditions actuelles.

L’attractivité de l’économie marocaine laisse encore à désirer
10/ La pression fiscale et les charges sociales appliquées aux entreprises :
Seulement 29,3% (23,8% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité dans les conditions actuelles.

11/ Le niveau de prévalence de la corruption :
Seulement 24,4% (16,6% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité dans les conditions actuelles.

L’attractivité de l’économie marocaine laisse encore à désirer
12/ Les aides incitatives aux investissements administratives :
Près de 41,5% (33,3% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité dans les conditions actuelles.

L’attractivité de l’économie marocaine laisse encore à désirer
13/ Les fondamentaux de l’économie marocaine :
Près de 51,2% (42,9% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité
dans les conditions actuelles.


L’attractivité de l’économie marocaine laisse encore à désirer
15/ Niveau de convertibilité du DH :
Seulement 39% (contre 28,5% en 2015) des opérateurs jugent ce facteur comme favorable à l’attractivité dans les conditions actuelles.


Mercredi 1 Février 2017

Lu 1798 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.