Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'OCK assure l'essentiel face au MCO

Les Khouribguis bien partis pour la deuxième moitié de l'exercice




L'OCK assure l'essentiel face au MCO
Pour le compte de la dernière journée, aller du GNFI, l'Olympique de Khouribga a reçu le Mouloudia de Oujda, la lanterne rouge de l'exercice, au complexe OCP, devant des gradins presque vides. Seuls quelque 600 mordus de la balle ronde renties au complexe, ce jour-là, pour assister à un match médiocre, insipide voire ennuyeux, qui s'est soldé par la victoire étriquée des locaux sur le score de un à zéro.
La partie qui débuta lentement n'atteignit jamais les sommets. En effet, les visiteurs très organisés en défense autour du gardien El Azhari réussirent à neutraliser les rares actions des locaux en se cantonnant dans leur zone et ne se contentant que des contre-attaques menées par le duo Kouamé et Lebhij. Les phosphatiers essayaient d'imposer  leur rythme en monopolisant la balle en milieu du terrain afin de surprendre le keeper oujdi par des tirs de loin.  Ainsi, les véritables occasions de buts étaient rares de part et d'autre. Seule une tête bien cadrée de Bouizgar (16') obligea El Azhari à sortir le grand jeu pour sauver ses bois. Deux autres occasions à l'actif de l'OCK de Treiki qui rata la 1ère (20'), après son incursion dans la surface de réparation, et se trouver face à face avec le portier Oujdi. A la 43', le même joueur en position idéale, au lieu de placer la balle dans les filets, servit Hatim qui manqua lamentablement son tir.
Dès le début de la seconde période, le coach Karkach qui n'avait pris le club oujdi qu'à la 8ème journée, juste après la défaite du KAC contre l'OCK, procéda par un changement au niveau de la ligne d'attaque. Ainsi, Lamzakkar releva Bachir et Njih suppléa Kouamé, ce qui n'apporta guère le tonus attendu à sa formation. Les Khouribguis pressés de marquer tombaient dans les ratages, avec de mauvaises passes. Ils étaient incapables de concrétiser devant une défense hermétique et bien soudée des orientaux. Il semble que les phosphatiers manquent d'un joueur capable de diriger les débats. Un Ouarrad est aujourd'hui dans l'incapacité de combler cette lacune. Les locaux n'arrivaient plus à tenir bon, confondant jeu collectif et individuel, anticipation et précipitation. Sur une détente de Treiki, le keeper des visiteurs intervint d'une belle parade pour sauver in-extrémis ses filets. A la 81', l'OCK bénéficia d'une frappe de balle arrêtée, le capitaine Ouarrad la botta bien, Bouizgar d'un superbe heading battit El Azhari et délivra les supporters khouribguis qui ne croyaient plus à la victoire de leur équipe. Juste après ce but, Bouizgar et Ouarrad allèrent vers la tribune, ce dernier fit un geste déplacé, indigne d'un joueur de première division, vers le public qui l'avait hué auparavant. Sur une contre-attaque, les Oujdis jouèrent leurs dernières cartes en loupant l'égalisation par Ndione
Après ce court succès sans éclat, l'OCK s'estime heureux d'avoir terminé la rencontre vainqueur et consolidé sa position dans le classement général ; par contre, le MCO qui patauge en pleine zone dangereuse, doit se ressaisir avant qu'il ne soit trop tard.
A l'issue de cette rencontre, Karkach, entraineur du MCO, a déclaré que « c'est une
défaite méritée, on était maladroit, on manquait d'agressivité, le foot c'est l'engagement. La plupart de mes éléments manquent de compétition, après un mois et une semaine de repos. Nous sommes victimes des blessures, de l'éloignement et de la programmation. Nous avons joué uniquement la défense en procédant de temps à autre par des contre-attaques devant une grande équipe qui mérite la victoire. »
 Quant à Tardy, coach de l'OCK, il a fait savoir que « l'essentiel, c'est la victoire et les trois points, surtout que le DHJ a gagné. Il fallait vaincre et nous avons réussi, bien que ce soit dans  la douleur. Mes éléments manquaient de réalisme. L'équipe adverse sentant le danger s'est repliée en défense. Mes joueurs ont sous-estimé l'adversaire. On aurait pu se faire piéger à la fin du match. De toute façon, on est resté en haut du tableau et c'est l'important. »
                                           


Chouaib Sahnoun
Lundi 29 Décembre 2008

Lu 795 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com