LibéSPort




Zoom







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Afrique du Sud a soutenu les Bafana jusqu'au bout

Jeudi 24 Juin 2010

Déçue d'être éliminée de "son" Mondial mardi mais fière de s'être battue jusqu'au bout, l'Afrique du Sud est déterminée à rester unie jusqu'au coup de sifflet final pour donner au monde l'image d'une nation réconciliée.
 "On est déçu. On a gagné, mais pas assez", commente Joshua Grant, 10 ans, après la victoire des Bafana Bafana contre la France. "Au moins, nous nous sommes battus jusqu'au bout", ajoute-t-il. Le garçon compte garder son maillot vert et or "jusqu'à la dernière minute de la finale. Et même après..."
 "Malheureux" que le rêve ait pris fin, Isaac Booysen entend lui aussi suivre le reste de la compétition avec une ferveur inchangée: "Même sans les Bafana, le Mondial représente tellement pour l'Afrique du Sud." A la mi-temps, les Sud-Africains ont crû au miracle. Avec deux buts à zéro, ils avaient une chance... Dans les tribunes, Noirs, Blancs, métis et Indiens rythmaient chaque action avec leurs vuvuzelas. Et arrêtaient de respirer sur le même souffle, lorsque les Bleus s'approchaient de leur cage. Toute la nation est saisie d'une fièvre qui transcende les divisions raciales, depuis les semaines qui ont précédé le coup d'envoi du Mondial.
 "C'est une coupe africaine". "L'Afrique du Sud n'avait plus connu une telle énergie et une telle liesse depuis la libération de Nelson Mandela" en 1990, a noté mardi le président Jacob Zuma, assurant que les bénéfices de la Coupe du monde "se feront sentir bien après le dernier coup de sifflet." Une opinion partagée par ses concitoyens, fiers de la consécration que représente la grand-messe sportive, seize ans seulement après la chute de l'apartheid.
 "On a déjà gagné la Coupe du monde. Peu importe si les Bafana ont perdu: la Coupe est là, dans notre merveilleux pays", lance Musa Dlamini, venu avec sa femme et ses deux filles drapées dans les drapeaux de la Nation arc-en-ciel. Pour lui comme pour de nombreux Sud-Africains, "c'est une Coupe africaine: maintenant nous allons soutenir le Ghana. Et s'ils perdent, on soutiendra le football". "Je soutiens n'importe quelle équipe africaine", confirme Joanne Farrell, une résidente blanche de Johannesburg enchantée par l'ambiance dans son pays: "Ce Mondial est un tel facteur d'unité. On est tous ensemble, peu importe nos origines".

Libé

Lu 159 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe











Inscription à la newsletter