Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Jonathan la tortue







Il a raté de peu Napoléon lors de son exil à Sainte-Hélène, entre 1815 et 1821, il a posé il y a plus d'un siècle avec des prisonniers Boers et défie les lois de la nature: à 185 ans au moins, Jonathan la tortue est sans doute le plus vieil animal terrestre vivant et l'une des attractions de cette île de l'Atlantique.
"Mon coeur, comment vas-tu ?", lui demande Catherine Man, sa vétérinaire, lors de sa visite hebdomadaire.
Sur les pelouses de Plantation, la demeure georgienne du gouverneur de l'île de Sainte-Hélène où il réside, Jonathan lui tend son cou, long et fripé. La jeune femme s'empresse de le caresser.
"C'est mon VIP, mon patient le plus important", raconte Catherine Man, seule vétérinaire de ce minuscule territoire britannique isolé, situé à mi-chemin entre l'Afrique et l'Amérique du Sud.
Jonathan, la tortue géante, est une "institution" et probablement l'habitant le plus connu de cette île de 4.500 âmes.
Il figure sur les pièces de 5 cents et les tampons d'immigration de Sainte-Hélène.
Son statut d'attraction touristique lui vaut un traitement de faveur: ce sont les cuisines du gouverneur de l'île qui lui concoctent ses repas. Carottes, laitue, concombres, pommes et poires.
"Il a probablement des fruits et légumes de meilleure qualité que les habitants de l'île", où l'essentiel de la nourriture est importé par bateau, plaisante Catherine Man.
Les circonstances de l'arrivée à Sainte-Hélène de cette tortue géante originaire des Seychelles restent un mystère. Mais une chose est sûre, Jonathan a depuis longtemps dépassé sa "date d'expiration", qui est d'environ 150 ans, selon Catherine Man.
Le secret de sa longévité ? "Les reptiles ont un métabolisme lent, ils respirent lentement, prennent leur temps pour manger, guérir... et vieillir", explique la vétérinaire franco-anglaise.
En plus, Jonathan "a un mode de vie extrêmement détendu, avec très peu de stress. Il passe son temps sur les pelouses" de Plantation face à l'océan Atlantique "et peut-être que son caractère tranquille n'est pas pour rien dans sa longévité".

Libé
Lundi 4 Décembre 2017

Lu 569 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif