Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Fautes d'orthographe


Mardi 14 Janvier 2020

Insolite : Fautes d'orthographe
Le ministre de l'Education du Brésil Abraham Weintraub est devenu la risée des internautes de son pays après avoir commis une succession de fautes d'orthographe sur Twitter.
Celui qui est censé veiller sur la destinée des écoles du plus grand pays d'Amérique latine a choqué de nombreux Brésiliens en écrivant avec un c le mot "imprecionante", au lieu d'"impressionante" (impressionnant) dans un tweet paru mardi soir. "Le fait que le ministre de l'Education écrive 'imprecionante' reflète la réalité de l'éducation brésilienne", s'est émue une internaute.
"C'est 'imprecionnant' qu'il soit ministre de l'Education", a lancé un autre.
Après cette avalanche de réactions, le ministre en question s'est empressé d'effacer son tweet.
Dans d'autres messages, il avait déjà commis des fautes, écrivant notamment "suspençao" (suspension) au lieu de "suspensao" et "paralizaçao" (paralysie) au lieu de "paralisação".
Certains internautes ont envoyé des messages de soutien au ministre.
"Il vaut mieux écrire avec des fautes que de piquer dans les caisses", a notamment écrit l'un d'entre eux, faisant allusion à la corruption endémique au Brésil. Vendredi, M. Weintraub a publié sur son compte Twitter un message de soutien de Luciano Hang, propriétaire d'une des plus grandes chaînes de grands magasins du Brésil et soutien actif du gouvernement du président d'extrême droite Jair Bolsonaro.
Dans ce message volontairement truffé de fautes d'orthographe, M. Hang affirme que "seuls ceux qui ne font rien ne commettent pas d'erreurs".
En poste depuis avril, Abraham Weintraub, 48 ans, a été au coeur de nombreuses controverses.
Peu après avoir pris ses fonctions, il a annoncé des coupes budgétaires dans trois universités accusées de "semer le désordre", leurs campus ayant accueilli des "manifestations contre le fascisme" ou des débats avec des élus de gauche.
En août, en pleine polémique sur les feux de forêt en Amazonie, il a traité le président français Emmanuel Macron de "crétin".


Lu 268 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Janvier 2022 - 12:15 Un député offre son salaire par tirage au sort

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS