Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Imane Malki : La lutte contre le hooliganisme est tributaire de l'adoption de lois nationales et de conventions internationales




La lutte contre le hooliganisme est tributaire de l'adoption de lois nationales et de conventions internationales en l'absence d'accords internationaux encadrant les droits des supporters et des joueurs, a indiqué Mme Imane Malki, magistrat chargée de la communication auprès de la Cour de cassation.
Dans un entretien accordé à la MAP, Mme Malki a estimé que le sport n'est plus une pratique à titre amateur ou professionnel se limitant à certaines personnes ou à une catégorie sociale déterminée, notant que le suivi, l'évaluation et la critique des matches et manifestations sportives sont devenues un hobby pour beaucoup et, par conséquence, un facteur d'attraction et de mobilisation efficace et agissant pour différents secteurs.
Et d’ajouter que le sport représente un investissement fructueux et sûr, soulignant que le rôle du supporter sportif ne se limite plus au soutien, à l'encouragement et au rappel de l'histoire de son équipe, club ou joueur préféré, et que les supporters s'adonnent à certaines pratiques de violence et de fanatisme et adoptent une attitude agressive basée sur l'esprit de la revanche et de la destruction sous toutes ses formes, ce qui va à l'encontre des valeurs et de l'esprit sportifs. 
Mme Malki a également indiqué que le terme "hooliganisme" reste vague et large dans la mesure où il englobe plusieurs cas et troubles impulsifs comme la colère, la violence, l'hystérie et le déchaînement, et peut exprimer toute attitude collective ou individuelle menaçant la sécurité et entravant la sûreté et prend plusieurs aspects comme l'agression verbale et physique, ou toute autre attaque violant les coutumes, les traditions et les règlements. 
Même si l'arsenal juridique pénal s'est renforcé par la promulgation de dispositions légales spécifiques incriminant la violence sportive sous toutes ses formes, lors ou à l'occasion de rencontres ou de manifestations sportives (loi 09.09), ce qui a constitué un saut qualitatif en matière de législation sportive pénale, en plus de règlements stricts destinés à pénaliser le hooliganisme et la violence dans les enceintes sportives, certaines failles et des dysfonctionnements, qui entravent la mise en place d'un véritable système de protection juridique à la hauteur des revendications et aspirations des citoyens, sont, toutefois, à enregistrer, a-t-elle relevé. 
Elle a, à ce propos, cité certaines peines prévues par ladite loi, concernant l'emprisonnement, les amendes ou l'interdiction des stades à l'encontre de quiconque participant à des actes de violence ou incitant à la haine lors ou à l'occasion de compétitions ou de manifestations sportives ou de leur retransmission en public. 
Ces peines touchent, a-t-elle ajouté, également l'incitation à la discrimination raciale ou à la haine lors ou à l'occasion de compétitions ou de manifestations sportives ou de leur retransmission en public, par des discours, cris, appels, slogans, banderoles, images, statues, sculptures ou par tout autre moyen et ce, à l'égard d'une ou de plusieurs personnes en raison de leur origine, couleur, sexe, situation de famille, état de santé, handicap, opinion politique, appartenance syndicale et appartenance ou non appartenance vraie ou supposée, à une ethnie, nation, race ou à une religion déterminée.
Elle a fait noter que cet arsenal juridique n'a pas empêché l'aggravation du fléau du hooliganisme et de la dégradation flagrante des installations sportives lors des compétitions, ajoutant que les manifestations sportives ont enregistré plusieurs cas de hooliganisme qui ont causé un grand nombre de victimes. 
Analysant certains aspects de forme et de fond de la loi 09.09, Mme Malki a estimé que ce texte a prévu des crimes vagues avec une liste de peines privatives de liberté et d'autres financières, ce qui a ouvert la voie à l'interprétation, relevant l'absence de peines alternatives. 
Elle a, à cet égard, plaidé pour la sensibilisation du personnel de la justice et de la sûreté concernant ce fléau, l'élaboration d'un plan d'action et d'intervention conjoint, l'intégration de la loi 09.09 dans les programmes scolaires et universitaires, dans les règlements des stades et les statuts des clubs sportifs, l'affichage de cette loi dans les stades et les sièges des clubs, l'organisation de campagnes de sensibilisation sur la gravité de ce phénomène et la promotion de l'action associative en faveur des victimes du hooliganisme. 
La juriste a également préconisé la mise en place d'équipes spécialisées dans la lutte contre le hooliganisme, l'affichage des photographies des victimes de la violence dans les stades, la mise à niveau du personnel et des agents chargés de la gestion des compétitions, la projection, avant le coup d'envoi de chaque rencontre sportive, de films sur les drames des stades, l'équipement des stades en dispositifs de sécurité et de contrôle, la mise en oeuvre parfaite et responsable de la loi 09.09, la publication des sentences relatives aux actes de hooliganisme, la promulgation de peines alternatives et la révision de la gestion des compétitions sportives.

Libé
Lundi 11 Avril 2016

Lu 418 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés