Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

IRESEN signe six conventions pour promouvoir la recherche et le développement dans les domaines de l’eau et du solaire

Le budget total de ces projets collaboratifs innovants s’élève à 22 millions de dirhams




L’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) a organisé le mercredi 16 novembre, en marge de la COP 22, une cérémonie de signatures de conventions pour la recherche et le développement dans le domaine des énergies renouvelables et du traitement de l’eau. Le budget total de ces projets collaboratifs innovants s’élève à 22 millions de dirhams et implique des entreprises et universités nationales et internationales.
IRESEN a signé quatre conventions de financement de projets innovants dans le cadre des appels à projets INNO-projet et Maghrenov pour un montant total de 22 millions de dirhams, alloué par le ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement. Les projets visent à développer des produits technologiques innovants, à fort potentiel de valorisation.
Il s’agit d’un projet de développement d’une unité de production simultanée d’électricité et d’eau potable par couplage du solaire thermique à concentration (CSP) à un procédé de dessalement d’eaux saumâtres par osmose directe. Il est porté par l’Université Euromed de Fès, l’Ecole Mohammadia d’ingénieurs de l’Université Mohammed V Rabat, le CTAER espagnol et l’entreprise Azolis.
Le second projet concerne une chaudière solaire utilisant des miroirs de Fresnel pour les applications industrielles, porté par l’ENSAM de l’Université Moulay Ismail Meknès,  l’Université polytechnique de Catalogne et les entreprises InterTridim, Aqylon et Azolis.
Le troisième projet est un centre de calcul et de simulation photovoltaïque, qui sera développé par l’EST de l’Université Ibn Zohr Agadir, l’ENSA de l’Université Mohammed  Premier Oujda, l’Université Malay Kuala Lumpur de Malaisie et l’entreprise Eolane Maroc.
Quant au quatrième projet, il concerne un système innovant de production de biogaz à partir des déchets agricoles, développé par le Centre de recherche MASCIR et les entreprises Biodôme et la COPAG.
A noter que ces projets seront développés conjointement entre les universités marocaines et étrangères avec des industriels fortement impliqués dans l’innovation et permettront de se doter d’infrastructures et de pilotes de recherche spécifiques aux conditions climatiques et aux contextes socioéconomiques marocain et africain.
Soulignons qu’au cours de cette cérémonie, IRESEN a également signé des mémorandums d’entente avec l’Institut PI Berlin, pour un partenariat et un transfert de savoir-faire dans le domaine de l’ingénierie et de l’expertise des installations et centrales photovoltaïques.
Pour rappel, PI Berlin est un acteur majeur dans le domaine de l’inspection et du contrôle qualité des installations solaires photovoltaïques à travers le monde.
IRESEN a signé aussi un accord de coopération avec l’entreprise néerlandaise Eternal Sun, spécialisée dans le développement et la production des équipements de laboratoires solaires. Plusieurs experts de l’Agence de coopération internationale coréenne, de l’Université de Berkeley et de l’Université de Hamad Ibn Khalifa du Qatar étaient également présents et ont partagé leurs expériences  dans le renforcement des capacités et le transfert de technologie.

Jeudi 24 Novembre 2016

Lu 928 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.