Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Forte baisse des prix à l'exportation des huiles végétales à l’échelle mondiale

La peur que l'épidémie du coronavirus ne ralentisse la demande mondiale explique en partie le recul




Forte baisse des prix à l'exportation des huiles végétales à l’échelle mondiale
En février, après quatre mois consécutifs de hausse, les prix mondiaux des produits alimentaires ont enregistré une baisse, selon les chiffres publiés par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).
« L'indice FAO des prix des produits alimentaires s'est établi en moyenne à 180,5 points en février, soit 1% de moins que le mois précédent mais toutefois encore 8,1% de plus qu'un an plus tôt », a noté l’agence onusienne, soulignant qu’il s’agit de la première baisse en glissement mensuel de la valeur de l’indice après quatre augmentations mensuelles consécutives.
Ce recul résulte de la forte chute des prix à l’exportation des huiles végétales qui a largement absorbé la hausse continue des prix des produits laitiers et du sucre.
En effet, « l'indice FAO des prix des huiles végétales a chuté de 10,3% par rapport au mois de janvier et la baisse a été encore plus importante pour les prix mondiaux de l'huile de palme du fait d'une production plus conséquente que prévu en Malaisie, d'une chute momentanée de la demande d'importation de l'Inde et des inquiétudes face à la propagation du COVID-19 », a expliqué la FAO.
Le recul observé s’explique aussi, dans une moindre mesure, par la baisse des prix de la viande et des céréales, a indiqué l’agence onusienne.
Concernant l’indice FAO des prix des céréales, il ressort des statistiques de la FAO qu’il a enregistré une baisse de 0,9% en février par rapport au mois de janvier. Il s’est ainsi établi en moyenne à 167,8 points en février, en baisse de 1,5 point.
Explications : « les cours du blé ont baissé en raison de marchés bien approvisionnés, et les prix du maïs se sont rétractés car la demande en provenance du secteur des aliments pour bétail a diminué face aux prévisions d'un ralentissement de l'économie mondiale », a fait savoir l’organisation.
En revanche, il apparaît que « les cours mondiaux du riz ont augmenté, portés par une forte demande de la part des acheteurs situés dans les pays d'Extrême-Orient et d'Afrique de l'Est », a également noté la FAO.
De son côté, sous l'effet de la réduction des importations chinoises en raison de retards dans la manutention du fret dans les ports, l'indice FAO des prix de la viande a chuté de 2% par rapport au mois de janvier, affichant ainsi une valeur moyenne de 178,6 points en février, en baisse de 3,7 points.
A en croire l’organisation, « la vague de sécheresse en Nouvelle-Zélande a également influencé les cours du prix de la viande ovine, et les prix de la viande de poulet ont souffert de la diminution des importations en provenance d'Asie ».
Toujours en février, il apparaît que les prix de la viande de volaille ont connu une légère pression à la baisse en raison d’une diminution des achats en Asie, a poursuivi la FAO
S’agissant de l'indice FAO des prix des produits laitiers, il s’est établi en moyenne à 209,8 points en février. Il a ainsi enregistré une hausse de 4,6% équivalant à 9,2 points par rapport à janvier (la quatrième augmentation mensuelle consécutive de l’indice), grâce essentiellement à l’accroissement des cours des prix du fromage.
Cette variation s'explique par la baisse de la production du lait en Australie, a précisé l’agence relevant, en revanche, un recul des prix du lait en poudre suite aux « difficultés logistiques qui ont ralenti les achats de la part de la Chine, le premier pays importateur de lait en poudre ».
Quant à l'indice FAO des prix du sucre, les chiffres analysés font état d’une hausse de 4,5% en s’établissant en moyenne à 209,7 points en février, du fait d'une baisse de la production en Inde et en Thaïlande, et d'une forte demande mondiale d'importation. Il s’agit de la cinquième hausse mensuelle consécutive de l’indice et du niveau le plus haut depuis mai 2017, a conclu l’agence.

Divers

Le Maroc renforce sa coopération avec le Québec dans le domaine minier

Le Maroc a renforcé sa coopération avec la région du Québec, par la signature, récemment à Toronto, d’une entente de coopération dans le domaine des mines.
Signée par le directeur des mines et des hydrocarbures par intérim au ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, Abdelaali Lefdaoui et le président directeur général de l’institut national des mines du Québec, Jean-François Presse, cette entente s'inscrit dans le cadre du renforcement des relations d’amitié et de coopération bilatérale entre le Maroc et le Canada, ainsi que de la priorité stratégique qu’accordent les deux pays au développement du secteur minier. Selon un communiqué du ministère, cette coopération s’inscrit dans le cadre du développement des échanges d’information, d’expertise et de politiques encadrant la formation de la main-d’œuvre du secteur minier, afin de développer une formation minière de haut niveau. Elle vise à créer un cadre propice d’échange de savoir-faire en matière de formation reliée à l’acquisition des compétences en santé et sécurité dans les mines, ainsi qu’à l’usage des nouvelles technologies par la main-d’œuvre du secteur de l’activité économique minière du Maroc.
L'entente de coopération a été signée en présence du ministre de l’Energie et des Ressources naturelles du Québec, Jonatan Julien, en marge d'une conférence organisée par l'association des "Prospectors & Developers" du Canada, du 1er au 4 mars à Toronto. Au cours de cette rencontre, M. Lefdaoui a rappelé le partenariat fructueux reliant le Maroc et le Canada dans les domaines des mines et de la géologie, soulignant la nécessité de consolider la coopération entre les deux pays et saisir toutes les opportunités offertes dans ces domaines.

Coronavirus : Royal Air Maroc met en place un dispositif commercial en faveur de ses clients

Royal Air Maroc met en place un dispositif spécial pour aider ses clients à gérer leurs déplacements suite aux derniers développements liés au Coronavirus Covid-19. Ainsi, les clients ayant acheté des billets avant le 31 mars 2020, pourront, s’ils le souhaitent, reporter leur voyage jusqu’au 31 mai 2020, sans frais. Ces dispositions particulières, déjà mises en œuvre dès la propagation du virus sur les vols de et vers la Chine et l’Italie, seront désormais étendues à l’ensemble des vols de la compagnie.
Aussi, Royal Air Maroc souhaite rassurer ses clients quant à la possibilité de reporter le voyage sans frais au plus tard 72 heures avant le départ du vol. Ils ont également la possibilité d’annuler le voyage sans frais au plus tard 72 heures avant le départ du vol, en échange d’un avoir de la même valeur du billet, valable six mois et à consommer exclusivement sur les vols de la compagnie.
Pour toute information complémentaire, Royal Air Maroc invite ses clients à se renseigner sur ces dispositions commerciales aux numéros suivants :
Maroc : 089000 0800.  Numéro International : +212522489797.
 

Alain Bouithy
Samedi 7 Mars 2020

Lu 1324 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif