Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Fatima Abbach déniche les talents parmi les MRE




Fatima Abbach déniche les talents parmi les MRE
Des journées marathon. C'est ainsi que Fatima Abbach qualifie son quotidien à l’approche des Diwan Awards 2018- Prix d’excellence des compétences MRE Belgique, "son événement" phare de l’année. A quelques semaines de la remise à Bruxelles des trophées consacrant "les étoiles" de la communauté belgo-marocaine de divers horizons, l’organisatrice de l’événement depuis 2012 est sur tous les fronts pour accueillir comme il le faut ses hôtes aux parcours hors-pair qui font honneur au Maroc. Et pour cela, son équipe ne lésine pas sur les moyens… La cérémonie annuelle se déroulera dans le Palais des expositions du Heyzel, non loin du célèbre Atomium, symbole de la capitale belge.
Les Diwan Awards mettent en valeur les compétences, les parcours ou actions remarquables ainsi que les bonnes pratiques au sein de la communauté belgo-marocaine. Comme chaque année, ils mettent en lice 36 nominés dans douze catégories : "Architecture", "Femme", "Sport", "Associations", "Straters & Entreprise", "Médecine et Santé", "Ingénieurs et IT", "Art & Culture", "Enseignement", "Avocat & Droit", "Management", en plus du Prix du jury, attribué à une personnalité ou une structure qui a contribué par son action au rayonnement de la communauté belgo-marocaine.
Au fur et à mesure que la soirée du couronnement (23 mars) se rapproche, Fatima peut ressentir la tension qui monte. Mais c’est tout sourire qu’elle enchaîne les rendez-vous, avec les sponsors, les techniciens, les prestataires de services… Un vrai travail de fourmi dans lequel s’engage à titre bénévole cette jeune Belgo-Marocaine super-dynamique, sans que cela ne soit pour autant aux dépens de son activité principale à la prestigieuse Fondation Roi Baudoin dont elle est la responsable de la communication.
C’est bien dans les locaux de cette institution, à deux pas du Palais royal, que sa journée démarre sereinement chaque matin. Et ce, depuis 18 ans... Sa maîtrise de pas moins de quatre langues : néerlandais, français, anglais et allemand (en plus de la darija) a toujours été un atout majeur dans son parcours professionnel au sein de la fondation belge où elle est appréciée autant pour sa personnalité que pour ses compétences. Fatima, aujourd’hui âgée de quarante ans, l’avait intégrée dès la fin de ses études supérieures orientées vers la linguistique (traduction-interprétariat). Depuis, elle ne l’a jamais quittée. Son penchant pour les sciences humaines était tel qu’elle se sentait bien à l’aise avec les thématiques sociétales et inclusives portées par l’institution tant en Belgique qu’à l’étranger. "La fondation travaille sur des projets qui me tiennent à cœur, tout ce qui a trait aux questions de l’exclusion sociale, justice sociale…", explique à la MAP celle qui s’est vu très tôt confier la gestion du service édition de la fondation et son pôle communication.
Son engagement professionnel ne l’empêchera pas de développer dès 2011 des initiatives autour de la valorisation de parcours issus de la diversité et principalement des talents belgo-marocains au sein de l’Association Divers-City qu’elle a fondée avec son époux Said El Maliji, fortement impliqué dans ses projets. Cette structure peut s’enorgueillir d’avoir à son actif plusieurs "innovations sociétales" qui ont su trouver "leurs audiences naturelles et le soutien des institutions tant elles répondent à des attentes en termes de reconnaissance et de valorisation des talents MRE".  C’est le cas du Magazine Aywa ou encore des Diwan Awards - Prix d’excellence des compétences MRE, qui fédèrent aujourd’hui en Belgique, en Allemagne, aux Pays-Bas et en France.

Samedi 3 Mars 2018

Lu 398 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal