Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Et Cannes recréa sa plage




Et Cannes recréa sa plage
A Cannes, à quelques mois du 71e Festival de cinéma, des pelleteuses ont pris possession de la célèbre Croisette pour refaire la plage et l’agrandir pour les baigneurs, mais aussi pour une vingtaine de restaurateurs triés sur le volet et visant une clientèle de congressistes et de stars.
Sur cette plage de la Côte d’Azur française, longeant sur plus d’un kilomètre l’un des plus célèbres boulevards du monde, ses palmiers, ses palaces et ses boutiques de prestige, il ne restait par endroits qu’une maigre bande de sable de 5 à 15 mètres de large. “L’objectif, c’est d’en avoir 30 à 40 mètres”, explique Philippe Bazin, un responsable de la société de travaux publics Tama.
Derrière lui, vedette d’un jour, une canalisation flottante de 300 à 400 mètres de long joue les premiers rôles: le tuyau, relié à une barge positionnée en mer, recrache 5.000 m3 de sable à l’heure, l’équivalent de 200 camions, dans un fracas assourdissant.
Là où pendant le Festival de cinéma, tout n’est que luxe, cocktails et célébrités, des engins de terrassement sont à la manoeuvre depuis novembre pour étaler 85.000 m3 de sable clair, l’équivalent de 4 à 5 piscines olympiques, livrés depuis une carrière de la région de Toulon, dans le sud-est de la France.
Exceptionnelle par son volume, cette opération de rechargement en sable, d’un coût de plus de 10 millions d’euros, n’est pas inédite à Cannes.
Né avec le Festival, le mythe de la Croisette, qui fait la fortune de l’économie cannoise et de son activité de congrès, est en fait largement bâti sur une plage artificielle, créée de toutes pièces au début des années 1960 pour attirer les touristes et protéger la route des coups de mer.
Cette fois encore, le sable n’est que le premier acte d’un chantier d’embellissement destiné à faire de la Croisette “la facette haut de gamme, authenticité et exclusivité” et “la locomotive événementielle” de la ville, tandis que La Bocca, à l’ouest, restera le royaume des plages familiales avec des prix adaptés, explique la mairie.
“Quand tout sera terminé, et avec les travaux engagés depuis une décennie dans les hôtels 4 et 5 étoiles, on aura une Croisette complètement redorée. Ce sera unique au monde!”, salue Michel Chevillon, président du syndicat des hôteliers cannois et propriétaire de la plage “Croisette Beach”.
D’ici 2020, tous les établissements comme le sien seront rasés et reconstruits selon un strict cahier des charges, pour “plus d’harmonie et de continuité architecturale”, indique Christophe Fiorentino, adjoint à l’urbanisme et au littoral à la mairie de Cannes. Cinq lots seront même supprimés pour respecter la loi qui impose de réduire le taux d’occupation du littoral de 75% à 50% à cet endroit.
“Il ne restera que 23 enseignes et il y aura environ 200 mètres de plage publique en plus. On a aussi travaillé sur les odeurs et le traitement des déchets, pour éviter la multiplication des sacs poubelle”, dit-il.
Pour ceux que l’on appelle encore les plagistes, mais qui sont en fait des restaurateurs opérant en délégation du service public de la plage, c’est le jackpot assuré, à condition d’avoir les reins solides. Les concessions ont été renouvelées fin 2017 pour 12 ans maximum, contre un droit d’entrée de 500.000 euros, et des investissements faramineux en perspective, de 800.000 à 1,5 million d’euros par établissement.
“Douze ans pour amortir, c’est très court, l’idéal aurait été 18 à 20 ans”, explique Patrice Roussel de la plage bistronomique de L’Ondine. “On a la chance d’avoir les banques qui nous suivent”, dit-il.
La location de parasols et de transats compte peu pour lui, l’essentiel de son chiffre d’affaires se fait dans l’assiette, grâce à un label de Maître-Restaurateur, et pendant le festival, quand la plage est privatisée par une marque de glaces pour accueillir des interviews le jour et des fêtes le soir.
Patrice Roussel salive déjà sur l’après-démolition: “On aura une montée en gamme, beaucoup de homards, de truffe”.
La mairie promet de son côté l’organisation d’apéros “Beach Partys” à tarif unique, pour permettre à tout le monde, aux Cannois en particulier, de profiter de ce nouveau casting face à la baie.

Mardi 13 Février 2018

Lu 292 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés