Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Enfin, un titre pour Badou Zaki : Première Coupe d’Algérie pour un Marocain




Peu nombreux sont les entraîneurs marocains exerçant dans des championnats étrangers et encore moins sont ceux qui parviennent à se distinguer. Après Houcine Ammouta vainqueur avec le club d’Assad du championnat du Qatar en 2013, mercredi, c’était au tour de Badou Zaki de s’adjuger avec l’équipe de Chabab Belouizdad la Coupe d’Algérie aux dépens de l’Entente de Sétif, dans une rencontre scellée sur le score d’un but à zéro.
Zaki est en droit de se targuer de sa performance réussie en dehors du Maroc, lui, qui ne compte après plus de deux décades de carrière qu’un seul titre gagné avec le Wydad, à savoir la Coupe du Trône en 1998.
Avec Chabab Belouizdad, l’ex-sélectionneur national est parvenu donc à chasser une poisse qui lui collait depuis belle lurette et il avait vu juste en allant du côté de l’Algérie pour garnir son palmarès par un deuxième sacre, privant par là même l’Entente de Sétif du doublé.
Dans une déclaration à l’agence de presse algérienne, APS, Badou Zaki a parlé d’ «une très belle consécration devant le champion d'Algérie en titre. Nous étions capables de l'emporter durant les 90 minutes, mais la dernière touche devant les buts n'était pas au rendez-vous. C'est une victoire amplement méritée vu la prestation de mes joueurs mais également les difficultés rencontrées tout au long de la saison. Je remercie le public belouizdadi qui a répondu présent pour soutenir son équipe».
Mais s’il y a des propos qui méritent d’être soulignés, ce sont ceux tenus par Zaki devant le Premier ministre algérien Abdelmadjid Tebboune. L’entraîneur marocain a fait part au responsable algérien de son souhait de voir les frontières entre les deux pays ouvertes, tenant toutefois à préciser qu’il n’est pas un politicien et qu’il ne comprend rien en politique.
Zaki quittera donc l’Algérie avec la sensation du devoir accompli au sein d’une équipe qui, avant son arrivée à la mi-saison, peinait à retrouver son rythme de croisière. Le défenseur du CRB Hakim Khoudi a saisi cette  occasion pour déclarer que «mes pensées vont à notre entraîneur Badou Zaki qui a beaucoup travaillé avec nous. Il a pu redresser la barre au bon moment pour nous permettre de tenir le coup jusqu'au bout».
Ce qu’a réussi Zaki avec Chabab Belouizdad ressemble à ce qu’a vécu l’entraîneur algérien Abdelhak Benchikha avec le Difaa d’El Jadida, lorsque leur collaboration avait débouché sur une victoire en Coupe du Trône en 2013, unique sacre remporté jusqu’ici par la formation doukkalie. La seule différence est que le club algérois comptait déjà dans son palmarès sept titres de Coupe d’Algérie.
Après ce court passage au championnat algérien, Zaki retrouvera de nouveau le concours national après avoir signé un contrat de deux saisons avec l’Ittihad de Tanger, formation qui aspire à jouer les premiers rôles au titre de l’exercice 2017-2018.

Mohamed Bouarab
Vendredi 7 Juillet 2017

Lu 1121 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs