Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

En Afghanistan, quand les filles jouent le fils aîné




En Afghanistan, quand les filles jouent le fils aîné
"Mon plus grand souhait serait d'avoir les cheveux longs mais c'est impossible. Alors je les coiffe et je m'habille comme un garçon." Sitara n'a guère le choix: elle est le fils que son père n'a jamais eu. L'Afghanistan a inventé un troisième genre, celui des "bacha poshi" - littéralement, "habillé comme un garçon" - qui permet aux filles de vivre et surtout de travailler comme des garçons. Un statut qui n'a qu'un temps, celui de venir en aide à la famille le plus souvent.
Cinquième d'une fratrie de six filles, Sitara Warfada, 18 ans, assume temporairement le rôle du fils espéré et jamais arrivé. Pour 160 afghanis (1,8 euro) par jour, elle trime du matin au soir six jours par semaine dans une briqueterie aux abords de Jalalabad, dans l'Est, à tasser la terre entre ses mains.
"J'ai tellement de dettes, je n'arriverai jamais à les rembourser seul", soupire son père, Sahib Noor, dont l'épouse diabétique requiert des soins coûteux. "Je suis obligé de la faire travailler avec moi." Pire, il s'est endetté auprès de son patron. "Si j'avais un fils, je n'aurais pas tous ces problèmes et mes filles vivraient une vie tranquille et prospère".
Mais si Sitara se présentait habillée comme une fille, explique-t-il, "elle ne pourrait pas travailler ici. Les gens la dévisageraient, ils pourraient même l'embêter". "Je sais que ça va à l'encontre de nos valeurs culturelles et religieuses. Et aussi, c'est injuste", reprend Sitara. "Mais je m'habille en garçon et je déguise même ma voix pour me protéger. Les gens ne savent pas que je suis une fille, sinon j'aurais des ennuis", confirme-t-elle, le corps dissimulé par le traditionnel shalwar kamiz des hommes, une longue chemise sur un pantalon flottant. "Avec mes soeurs, nous avons toutes travaillé à la briqueterie ces 15 dernières années. Elles ont grandi et mon tour est venu. Je ne m'en fais pas pour moi mais je m'inquiète pour ma petite soeur (de 13 ans) qui va subir le même sort."
Sitara se déguise en garçon depuis ses 5 ans. C'est pour épargner ce sort à sa benjamine qu'elle continue malgré son âge. "Je ne me dis jamais que je suis une fille. Je suis plutôt comme le fils aîné de mon père, travaillant avec lui, côte à côte face aux difficultés. Je le remplace parfois aux funérailles s'il est absent. Comme le ferait un fils".
Sa mère, Fatima, se désole: "J'aimerais qu'elle puisse porter des vêtements féminins et rester à la maison, mais je suis obligée de demander à ma fille de m'emmener chez le docteur, d'acheter des médicaments. Son père est âgé".
Les origines de la pratique du "bacha poshi" sont méconnues mais remonteraient à des siècles en arrière, quand l'Afghanistan subissait les assauts fréquents des envahisseurs et qu'il fallait protéger ses filles.

Samedi 28 Avril 2018

Lu 697 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif