Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers Economie




Stagnation de l’activité industrielle en février

L'activité industrielle aurait connu une stagnation au cours du mois de février avec un taux d'utilisation des capacités (TUC) qui se serait établi à 60%, estime Bank Al Maghrib (BAM). En effet, les résultats de l’enquête mensuelle de conjoncture de février menée par BAM indiquent une stagnation aussi bien de la production que des ventes, ainsi qu'une hausse des commandes, mais avec un carnet qui serait resté à un niveau inférieur à la normale. BAM explique cette stagnation de la production par une hausse dans le "textile et cuir" et l’"électrique et électronique", une baisse dans l’"agroalimentaire" et "la mécanique et métallurgie" et une stagnation dans la "chimie et parachimie".
S’agissant des ventes, elles auraient augmenté dans l’"agroalimentaire", le "textile et cuir" et dans l’"électrique et électronique", baissé dans la "chimie et parachimie" et stagné dans la "mécanique et métallurgie", fait ressortir l'enquête.
De son côté, la progression des commandes refléterait leur hausse dans l’"agroalimentaire" et dans l’"électrique et électronique", souligne BAM, ajoutant que ces commandes auraient, en revanche, reculé dans la "mécanique et métallurgie" et stagné dans le "textile et cuir" et dans la "chimie et parachimie".
Pour ce qui est du carnet des commandes, il serait resté à un niveau inférieur à la normale dans l’ensemble des branches d’activité, précise la même source.
Pour les trois prochains mois, les entreprises s’attendent à une hausse de la production et des ventes dans l’ensemble des branches d’activité, relève BAM, précisant toutefois qu'une entreprise sur quatre déclare ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution future de l’activité.

5ème édition du “Rendez-vous de Casablanca de l'assurance”

La 5ème édition du «Rendez-vous de Casablanca de l’assurance» se tiendra les 4 et 5 avril prochain sous le thème «Disruption en assurance : explorer, innover, se réinventer».
Organisée par la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR) et placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette édition mettra à l'honneur cette année la Tanzanie et sera marquée par la participation d’experts de plusieurs pays notamment africains.
Au programme de cet événement, qui fait de Casablanca un hub de réflexion sur l’avenir de l’assurance et de la réassurance africaine, figurent des tables rondes sur  l’open innovation dans l’assurance et de l’usage potentiel des technologies innovantes telles que l'intelligence artificielle, la Blockchain, l'Internet des objets ou le Big Data pour créer de la valeur et améliorer l'expérience-client, précise la Fédération dans un communiqué.
Le président de la FMSAR Mohamed Hassan Bensalah estime que « l’assurance fait partie des industries qui seront fortement disruptées ». "Notre conférence est un moment privilégié pour les professionnels de se questionner sur la stratégie à adopter pour entamer leur transformation digitale et rester dans la course face à d’éventuels nouveaux acteurs dont les insurtechs", a ajouté M.Bensalah, cité dans le communiqué.
Cet événement sera aussi une occasion pour mettre à l’honneur les start-up marocaines. Des espaces de networking seront mis à leur disposition pour exposer leurs idées innovantes et créer les partenariats de demain.

Mercredi 28 Mars 2018

Lu 761 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.