Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers Economie




Renault détient une part de marché de 42,7% à fin septembre

Le Groupe Renault détient, au terme des neuf premiers mois de 2019, une part de marché cumulée de 42,7% avec 49.931 livraisons, maintenant ainsi sa position à la tête du podium du marché marocain.
Sur le mois de septembre, le groupe détient une part de marché de 42% avec ses deux marques Renault et Dacia qui représentent respectivement 15,2% et et 26,8%, indique le constructeur automobile dans un communiqué.
Avec 3.441 livraisons, Dacia maintient sa position de leader du marché des véhicules particuliers et utilitaires (VP-VU) au Maroc, précise le communiqué, ajoutant que la marque a cumulé 32.543 véhicules durant les 9 premiers mois de 2019 avec une part de marché de 27,8%.
Renault a clôturé, quant à elle, le mois de septembre avec 1.958 unités livrées, renforçant ainsi sa position à la 2ème place en termes de part de marché sur le segment VP-VU avec un cumul de 17.388 livraisons sur les neuf premiers mois de l'année et une part de marché de 14,9%.
Le groupe consolide également sa position de leader sur le segment des véhicules utilitaires et utilitaires transformés (VU/VUT) en affichant une part de marché de 27,8% pour le seul mois de septembre. Au cumul, 3.282 unités ont été livrées tandis que la part du marché a atteint les 26,2%.
Par ailleurs, le groupe a renforcé sa position de leader du marché marocain en décrochant 6 places du "Top 10" des meilleures ventes, avec Clio, Logan, Dokker, Sandero et Duster qui occupent les 5 premières places, suivies par Kangoo qui se positionne 7ème avec 3.390 livraisons à fin septembre.

Le volume des échanges commerciaux entre le Maroc et le Bahreïn ne reflète pas le niveau de leurs relations

Le volume des échanges commerciaux entre le Maroc et le Bahreïn, qui s'élève à environ 70 millions de dollars par an, ne reflète pas le niveau des relations distinguées entre les deux pays et ne correspond pas à leurs aspirations communes, a relevé l'ambassadeur du Maroc à Manama, Mustapha Benkhiyi.
"La dimension géographique et l'absence d'une ligne maritime directe ne devraient plus constituer un obstacle au développement des relations économiques, compte tenu des potentialités des deux pays, tels que la stabilité politique et la sécurité, la position géostratégique, l'attractivité des investissements et l’environnement financier, a indiqué M. Benkhiyi dans une interview publiée lundi par le quotidien bahreïni Al-Ayyam.
Par ailleurs, le diplomate marocain a souligné que les relations avec le Bahreïn reposent sur la solidarité, la consultation et la coopération, mettant l’accent sur les positions de Manama en faveur du Maroc, en particulier en ce qui concerne la question du Sahara marocain.
Au sujet des affaires régionales, M. Benkhiyi a réaffirmé les positions fermes du Maroc vis-à-vis de la sécurité et de la stabilité de la région, soulignant que "le Royaume soutient le Bahreïn dans toutes les mesures prises pour contrer toute ingérence dans ses affaires intérieures et pour protéger sa sécurité, sa stabilité et sa souveraineté".
Il a également condamné la récente agression terroriste contre les installations pétrolières saoudiennes, soulignant que "la sécurité et la stabilité de l'Arabie saoudite font partie intégrante de la sécurité et de la stabilité du Maroc".

Mercredi 9 Octobre 2019

Lu 123 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.