Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Couleurs, senteurs et mélodies: Ingrédients d'une journée culturelle marocaine à Copenhague





La culture marocaine dans toute sa diversité, sa richesse et sa splendeur a été à l’honneur, samedi soir à Copenhague, le temps d’une journée culturelle où saveurs, senteurs, couleurs et mélodies se sont donné la réplique dans une ambiance festive et conviviale. 
Lors de cette journée particulièrement pluvieuse, les visiteurs comme les habitués du Centre culturel Ku.Be de Fredericksberg, relevant de l’une des illustres municipalités de Copenhague, ont eu droit à une riche palette de friandises et de crêpes typiquement marocaines. Entre Chebbakia et Rghayef, Ghribiya ou Briouates, Harira et pains fourrés, des acteurs associatifs bénévoles ont fait montre d’ingéniosité et de savoir-faire pour donner aux visiteurs un avant-goût des plats exquis et des arômes savamment dosés, dont seul l’art culinaire marocain est capable de sonder les arcanes. "C’est notre manière à nous de présenter cette autre facette de la culture marocaine. Ne dit-on pas que la connaissance entre les peuples passe immanquablement par la cuisine ?", s’interroge, en servant à un visiteur l’indétrônable thé à la menthe, Sabah Qarzassane, présidente de l’Association des femmes marocaines au Danemark.
Pour Hiba Mohamed Belhaiba, président depuis 2003 de l’Organisation danoise du développement humain en Afrique et en Europe orientale, l’organisation de cette journée témoigne de l’engagement et du dynamisme des acteurs associatifs marocains en faveur du rapprochement entre les peuples et les cultures. 
Idem pour Najat, la jeune Casablancaise originaire de Derb Soltane qui ne manque jamais à l’appel pour apporter sa magique touche au spectacle, grâce aux motifs de henné qu’elle applique avec patience et dextérité à ceux/celles qui en expriment le souhait. "Il ne manque plus que toi. Viens, donc, que je t’applique gracieusement un motif floral à la main !", lancera-t-elle, l’air railleur à l’adresse d’un compatriote venu la taquiner si la moisson de la journée était bonne. Par cette journée automnale, les habits traditionnels marocains, avec leurs couleurs vives et bariolées, tout comme les produits de l’artisanat ancestral aux teints chauds, ont imprimé à l’espace une ambiance particulièrement singulière que viennent ponctuer une série de tableaux artistiques "made in Morocco". Et c’est précisément sur le fond de cette fresque vivante et polychromique donnant à voir tantôt ruelles étroites, tantôt donjons crénelés, que le jeune artiste marocain Mehdi Nabloussi allait enfiévrer une assistance venue en nombre tendre l’oreille aux mélodies typiques d’un Maroc en mouvement.
S’il est vrai que le fils de Taroudant s’est déjà produit à Copenhague, il y a dix ans, il revient cette fois-ci dans le cadre du Festival mondial de la musique de Copenhague (CPH Festival World Music), avec toute sa troupe, en l’occurrence Walid Lahlimi (basse), Anas Chlieh (loutar), Alae Al Kheir (guitare), Ismail Jabioune (batterie) et Younes Kharraz (piano).

Libé
Mardi 12 Septembre 2017

Lu 303 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.