Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Clôture en apothéose du 32ème FITUC





La cérémonie de clôture de la 32ème édition du Festival international du théâtre universitaire de Casablanca (FITUC), organisée dimache soir, s’est distinguée par l’hommage rendu à Touria Jabrane et Abdeljabare Louzire.

Un hommage a également été rendu lors de cette édition, tenue du 21 au 27 décembre, sous le thème “Le théâtre et le rêve” à trois figures artistiques de renom, Nassaf Ben Hafsia, Houcine Chaâbi et Hamid Najah.

La 32ème édition du FITUC, organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, a été marquée par la participation de plusieurs pays dont le Mexique, la France, le Liban, la Tunisie, la Palestine, la Syrie, la Côte d’Ivoire, la Corée du Sud, l’Iran, la Grèce et le Maroc.

A cette occasion, le président du FITUC, également doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Ben M’Sik (Université Hassan II ), Abdelkader Gonegai a indiqué que, cette édition, organisée à distance a réussi à créer un esprit d’échange et de réactivité entre les participants, ajoutant que la thématique de cette année liée au théâtre et au rêve a enrichi les principes de l’humanisme et la solidarité, particulièrement en ces circonstances exceptionnelles.

Le plateau artistique proposé lors de cette édition (pièces de théâtre et ateliers de formation) a permis d’atteindre les objectifs tracés aux niveaux pédagogique, scientifique et artistique. Pour sa part, la présidente de l’Université Hassan II de Casablanca, Aawatif Hayar, a salué le niveau atteint par le FITUC malgré les circonstances liées à la pandémie du coronavirus, soulignant que les organisateurs ont pu relever le défi. Cette édition a préservé la même structure générale en cohésion avec ses objectifs visant notamment à créer un espace de rencontres entre les jeunes du monde et faire de la ville de Casablanca un carrefour pour les amoureux du théâtre. Cet évènement contribuera à la dynamisation de l’image du Maroc qui est un pays de tolérance, d’ouverture et de cohabitation.

Libé
Mardi 29 Décembre 2020

Lu 349 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.