Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bundesliga : Le Bayern puni pour son manque de réalisme




Une bonne douzaine d'occasions, mais une seule mise au fond! Le Bayern Munich a payé cher mardi son manque de réalisme en concédant un nul 1-1 à l'Allianz Arena contre le modeste Augsbourg, perdant ses premiers points après cinq journées de Bundesliga.
Au classement, les Bavarois restent cependant seuls leaders avec 13 points, soit deux d'avance sur le Werder de Brême, tombeur du Hertha Berlin, qui rétrograde provisoirement à la troisième place avec 10 unités.
Dortmund (8 pts), qui devait recevoir Nuremberg mercredi soir, est le mieux placé pour venir perturber le podium.
Arjen Robben a ouvert le score pour le champion en titre (47e), mais le jeune Felix Götze, petit frère de l'international de Dortmund Mario Götze, a égalisé à la 87e minute d'une reprise de la poitrine après une erreur de Neuer.
"Quand tu mènes à domicile 1-0 tu dois gagner le match", a déclaré Robben, "mais Augsbourg a été très bon, ils ont pris des risques et ils ont été récompensés. Nous devons être plus patients, plus intelligents pour trouver des solutions. Mais nous nous sommes tout de même créé beaucoup d'occasions".
Pour ce derby de Bavière, le coach munichois Niko Kovac avait largement fait tourner son effectif, avec cinq changements par rapport à la victoire 2-0 à Schalke samedi.
Il tentait même une expérience, en installant le milieu de terrain Leon Goretzka au poste totalement inhabituel pour lui de latéral gauche. En attaque, Ribéry, Lewandowski et James étaient sur le banc au coup d'envoi, alors que Wagner et Robben faisaient leur retour.
La première période était à sens unique. Le Bayern se créait une dizaine d'occasions, mais se montrait incapable d'en convertir une seule, soit par maladresse soit en butant sur l'excellent gardien adverse Andreas Luthe.
Renato Sanches manquait notamment trois fois le cadre (12e, 37e, 44e), alors que Sandro Wagner échouait deux fois sur le gardien, aux 41e et 42e minute.
Kovac avait pourtant été clair avant le match: "Je mets en garde contre la tentation de tout voir en rose et de penser qu'on peut jouer à 50% de notre potentiel", avait-il dit.
Comme souvent, c'est le vieux guerrier de 34 ans Arjen Robben, l'homme qui ne sait pas baisser les bras, qui a montré la voie dès le retour des vestiaires, en ouvrant le score après un remarquable travail préparatoire du jeune Serge Gnabry (1-0, 47e).
Mais ni la sortie de Wagner, remplacé par Thiago, ni l'entrée en jeu de Ribéry n'ont permis aux Bavarois de tuer le match. Et Augsbourg a saisi sa chance.
Les deux autres équipes engagées dans la Ligue des champions qui jouaient ce mardi ont connu des fortunes diverses.
Schalke, le dauphin du Bayern la saison dernière, s'est incliné pour la cinquième fois cette saison, 1-0 à Fribourg. Bon dernier avec toujours zéro point, le club de Gelsenkirchen est désormais sous pression et l'état de grâce de son jeune coach Domenico Tedesco, toujours loué par ses dirigeants, pourrait ne plus durer très longtemps.
Hoffenheim, adversaire de Lyon en C1, s'est imposé 3-1 en déplacement à Hanovre et reste en embuscade en 5e position, mais déjà six points derrière le Bayern.

Jeudi 27 Septembre 2018

Lu 383 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 18:05 A mourir d’ennui Le derby des nuls