Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Stan Lee
Le scénariste et éditeur américain Stan Lee, père de Spider Man et des X-Men, réclame un milliard de dollars en justice à son ancienne entreprise POW!, à qui il reproche d'avoir tenté de l'abuser en profitant de son grand âge, selon des documents judiciaires publiés mardi. Agé de 95 ans, le fondateur de l'empire Marvel - racheté par Disney en 2009 - conteste les conditions dans lesquelles il a signé l'an dernier la vente de sa nouvelle entreprise, POW! Entertainment, à une holding chinoise.
Stan Lee - qui a révolutionné le monde de la bande dessinée et la culture populaire en créant notamment pour la maison d'édition Marvel les personnages de Spider Man, Hulk, Black Panther ou des Quatre Fantastiques - affirme notamment que les dirigeants de POW! ne lui avaient pas dévoilé tous les détails de cette vente, notamment le fait que l'acheteur chinois, Camsing International, aurait les droits exclusifs d'utiliser son nom et son image.

Smokey Robinson
Les professionnels de la musique qui se battent devant le Congrès américain pour une meilleure protection légale des droits d'auteur ont reçu mardi un soutien de poids: celui de la légende du rythm and blues Smokey Robinson. Le Sénat travaille actuellement sur une modernisation de la protection des droits d'auteur destinée à mieux rémunérer les auteurs, compositeurs et musiciens à l'heure de la révolution numérique et du streaming.
Un texte a déjà été adopté à l'unanimité par la Chambre des représentants le mois dernier, un rare consensus dans un Congrès toujours plus divisé entre démocrates et républicains. "Nous avons besoin que vous veniez aider" les compositeurs, a déclaré Smokey Robinson, arguant que ces derniers commençaient à vieillir et n'avaient pas les moyens de poursuivre en justice les maisons de disque pour réclamer de meilleures indemnités.

Samedi 19 Mai 2018

Lu 219 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.