Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Hassan Cheikh     

Une cérémonie en hommage posthume à l'artiste-peintre souiri, Hassan Cheikh, décédé le 8 septembre dernier des suites d'une longue maladie, a été organisée récemment à Essaouira, en présence d'un parterre de proches et d'amis du défunt ainsi que de plusieurs personnalités du monde des arts, de la culture et de la littérature.
Tenue à l'espace Dar Souiri, en commémoration du quarantième jour de la disparition de feu Hassan Cheikh, cette cérémonie, placée sous le signe "Mémoire et imaginaire'', a bénéficié du concours notamment de la délégation provinciale de la culture, de l'Association Essaouira-Mogador et du Forum international des arts plastiques.
A cette occasion, plusieurs intellectuels, critiques d'art, amis et proches de l’artiste ont livré des témoignages émouvants sur les grandes qualités humaines et professionnelles du défunt qui a consacré la majeure partie de sa vie à la promotion des arts plastiques et à l'enrichissement de la scène artistique nationale, grâce à une grande collection inédite d'oeuvres de toute beauté.

Débat

‘’Faire revivre l’esprit de Fès par la culture soufie’’ est le thème d’une rencontre organisée lundi à Fès, dans le cadre de la 12ème édition du Festival de la culture soufie. Les participants à cette rencontre ont mis l’accent sur l’importance de ce festival dans la revivification de cet esprit propre à Fès et qui est fait de cohabitation, de valeurs de paix et de dialogue, mais aussi de partage entre toutes les communautés, abstraction faite de leurs origines et leurs langues. Le festival contribue au dialogue des spiritualités, à travers la musique soufie, et à l’émergence d’une culture de paix, respectueuse de valeurs éthiques et spirituelles, ont estimé les intervenants à cette rencontre ponctuée par des témoignages d’étrangers ayant choisi de s’installer dans la capitale spirituelle du Royaume. Pour Faouzi Skalli, président de cette manifestation culturelle, le grand défi du festival est d’arriver à restituer cet esprit qui animait la ville, ajoutant que le choix de répartir les activités du festival sur les différents espaces de Fès ‘’imprègne la cité de musique, de sacré, de spiritualité, de connaissance et d’amour’’.

Jeudi 24 Octobre 2019

Lu 135 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com