Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Meek Mill

Le rappeur Meek Mill a enfin tourné la page mardi d'une saga judiciaire de plus de dix ans qui en a fait un symbole des dysfonctionnements de la justice américaine. "Je suis extrêmement content que ma longue bataille judiciaire soit enfin derrière moi", a tweeté, soulagé, l'artiste de 32 ans à sa sortie d'un tribunal de Philadelphie, en Pennsylvanie.
Condamné en 2008 pour possession d'armes et de stupéfiants, Robert Williams, de son vrai nom, avait effectué six mois de détention avant de bénéficier d'une remise en liberté anticipée, assortie d'un contrôle judiciaire. Il avait été de nouveau placé en détention en novembre 2017 pour avoir violé les termes de ce contrôle, quittant le comté sans autorisation pour donner des concerts et subissant plusieurs contrôles positifs aux stupéfiants. Il avait alors bénéficié d'un élan de sympathie et, après un recours, la Cour suprême de Pennsylvanie avait ordonné sa remise en liberté en avril 2018.
Un accord de plaider-coupable a permis mardi de lever les dernières charges pesant contre lui. "Je sais que la route a été longue pour vous et j'espère que cela en marquera la fin", a déclaré au tribunal le juge Leon Tucker, selon les médias locaux. Les ennuis judiciaires du rappeur avaient nourri aux Etats-Unis le débat sur le biais raciste de certaines lois.

Seungri

Les nuages s'accumulent sur la star déchue de la K-pop Seungri qui a été interrogée mercredi par la police sud-coréenne dans le cadre d'une enquête sur des paris illicites à l'étranger, selon un journaliste de l'AFP.
Le chanteur de 28 ans du boys band Bigbang, l'un des plus grands groupes de K-pop, avait annoncé en mars qu'il se retirait du monde du spectacle, dans la foulée des révélations sur un retentissant scandale sexuel portant notamment sur des faits de prostitution. Il est aussi soupçonné de transactions illégales dans le cadre de paris dans de luxueux casinos de Las Vegas.
Vêtu d'un costume sombre, Seungri est arrivé dans une berline noire à un commissariat de Séoul, devant lequel une foule de journalistes l'attendaient. "Je présente de nouveau mes excuses pour la préoccupation que j'ai suscitée", a-t-il dit. "C'est avec la plus grande sincérité que je me présente à l'audition par la police".
Seungri, dont le véritable nom est Lee Seung-hyun, est actuellement empêtré dans un vaste scandale de prostitution. L'enquête a montré que le chanteur et son associé avaient fourni en 2015 une dizaine de prostituées à un groupe d'investisseurs japonais dans leur discothèque, le Burning Sun, selon l'agence sud-coréenne Yonhap.

Jeudi 29 Août 2019

Lu 144 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif