Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Bobi Wine
Le chanteur et figure de proue de l'opposition ougandaise Bobi Wine a choisi de passer à la clandestinité à la suite d'un raid de la police dans l'hôtel où il logeait avant un concert, a affirmé dimanche son avocat. Bobi Wine - Robert Kyagulanyi de son vrai nom - devait se produire samedi soir à Jinja, à 80 km à l'est de la capitale Kampala, quand la police a lancé une descente dans son hôtel. Il a été "contraint de prendre la fuite et de se cacher", tandis que plusieurs de ses proches étaient détenus et battus, a affirmé Robert Amsterdam, l'avocat basé à Londres. "La police a fait une descente à l'hôtel de la ville où nous nous reposions avant le spectacle de ce soir et a arrêté bon nombre des membres de notre équipe. Au moment où nous parlons, la police encercle tout le quartier à ma recherche", a tweeté Bobi Wine. L'avocat de la star a qualifié le raid d'"acte clair et éhonté de répression politique ciblée par les autorités ougandaises visant à violer les droits de l'Homme de Bobi Wine".

Geoffrey Rush
L'actrice australienne Yael Stone, l'une des héroïnes de la série à succès "Orange is the New Black", a accusé de comportement inapproprié son compatriote Geoffrey Rush, star lauréate d'un Oscar. L'actrice de 33 ans connue pour la série de Netflix a raconté au New York Times que l'acteur avait dansé nu devant elle alors qu'ils travaillaient en Australie sur une production théâtrale du "Journal d'un fou" en 2010 et 2011. Elle l'accuse également d'avoir utilisé un miroir pour l'observer dans la douche et de lui avoir envoyé des textos érotiques.
Dans un communiqué publié par le quotidien américain, l'acteur déclare que ces accusations "sont incorrectes et ont parfois été retirées complètement de leur contexte". "Toutefois, il est évident que Yael a été bouleversée à l'occasion par l'enthousiasme fougueux avec lequel je travaille en général", ajoute-t-il. "Je regrette profondément et sincèrement si je lui ai causé de la souffrance. Cela n'a certainement jamais été mon intention".

Mardi 18 Décembre 2018

Lu 214 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.