Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Exposition

La prestigieuse Casula Powerhouse Art Center à Liverpool, banlieue de Sydney, expose jusqu'au 11 novembre prochain les œuvres de quatre artistes marocaines déclinant, chacune d'elles, un riche parcours artistique et une muse débordant d'originalité et de créativité.
Initiée par l’Ambassade du Maroc à Canberra, l’exposition "Landless Bodies" (Corps sans frontières), qui constitue une vitrine dynamique de l'identité féminine qui transcende les frontières géographiques, montre la diversité de la création artistique féminine marocaine à travers les trois artistes Safaa Erruas, Batoul S'himi et Fatima Mazmouz, et leur collègue installée en Australie, Fatima Killen.
"Cette exposition, qui rend hommage à l'art marocain au féminin, reflète toute la richesse et la diversité des affluents culturels constituant l'identité du Maroc, un pays au carrefour des civilisations", a indiqué l’ambassadeur du Royaume à Canberra, Karim Medrek, dans une déclaration à la MAP à l'occasion du vernissage de cette exposition collective.

Photographie

L'artiste-photographe marocain, Adil Kourkouni, a remporté, samedi, le Prix de la 3ème édition du Festival ''les Nuits photographiques d'Essaouira'' et ce, lors de la cérémonie de clôture de cet événement, en présence d'un aréopage de photographes, d'intellectuels et d'acteurs associatifs marocains et d'ailleurs.
Lors de cette compétition, Adil Kourkouni était en lice avec plus d'une trentaine d'artistes photographes marocains et étrangers.
Dans une allocution de circonstance, Stéphane Kossmann, photographe professionnel français de renommée internationale et initiateur de ce festival, a dit toute sa joie et sa fierté de l'organisation excellente de cet événement, mettant en avant la qualité des différentes œuvres exposées et le grand professionnalisme et le talent confirmé des différents participants.
Et d'ajouter que la concurrence était serrée et rude entre les différents candidats, ce qui a rendu la tâche du jury tellement difficile, émettant le voeu de voir ce festival grandir et s'ouvrir davantage à l'avenir.
Au nom de l'Association Essaouira-Mogador, Ahmed Harrouz a loué le rôle de taille que joue ce festival qui connaît la participation d'un parterre d'artistes- photographes combien engagés à contribuer à la dynamique culturelle et artistique que connaît la cité des alizés.

Libé
Lundi 8 Octobre 2018

Lu 469 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif