Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Barcelone et le Real se neutralisent dans un contexte tendu




Dans un contexte tendu, avec une brève interruption du match par des revendications indépendantistes et une charge de police près du Camp Nou, Barcelone et le Real Madrid ont fait match nul 0-0 mercredi dans un Clasico accroché, et continuent, plus égaux que jamais, de se partager la première place du Championnat d'Espagne. Avec Messi, Benzema, certaines des plus grandes stars du ballon rond présentes sur la pelouse, et les deux meilleures attaques de Liga, on attendait des buts, et du spectacle... Mais c'est un constat évident qui s'est imposé: presque à mi-saison, les deux géants du foot espagnol font jeu égal, et ont fini par se neutraliser à 0-0, pour la première fois depuis 2002. "Au classement, on est toujours à égalité, mais cette Liga est ainsi: depuis le début, on constate qu'il y a beaucoup d'équité entre les équipes", a résumé le coach blaugrana Ernesto Valverde au coup de sifflet final. Si le Barça reste leader au prix d'une victoire supplémentaire, le Clasico a été équilibré, engagé, rugueux... et parsemé d'erreurs techniques, car les joueurs ont semblé quelque peu timorés par l'enjeu sportif et le lourd contexte politique. Tifo géant, banderoles, cris "Llibertat!": le public du Camp Nou a fait entendre ses revendications indépendantistes avant le coup d'envoi et pendant le match, brièvement interrompu à la 55e minute pour dégager les dizaines de ballons de plage lancés sur la pelouse depuis les gradins, pour protester contre les balles en gomme tirées par la police pour réprimer les manifestations indépendantistes. Aux abords du stade, les autorités ont chargé des centaines d'indépendantistes qui avaient mis le feu à une barricade. Des heurts qui ont occasionné une cinquantaine de blessés (dont huit hospitalisés) et cinq arrestations selon les derniers bilans communiqués par les autorités à l'AFP. Le volet politique a été moins important que prévu, et le jeu, plus bridé que prévu. Le Real Madrid a eu la maîtrise du ballon pendant une grosse heure de jeu, multipliant les situations de danger dans la surface de MarcAndré ter Stegen, en enchaînant les centres. Mais à l'instar d'un Raphaël Varane chahuté tour à tour par Ivan Rakitic, Sergi Roberto, et Gerard Piqué, le Barça n'a jamais su imposer suffisamment son physique pour faire la différence. "Il nous a manqué un but, on méritait mieux aujourd'hui (mercredi). Mais c'est le football, on a manqué de clairvoyance dans les derniers moments du match", a analysé Zidane après le match, se déclarant "fier de (s)es joueurs". Les Barcelonais, eux non plus, n'ont pas eu les occasions suffisantes en contre : les coups de génie de Lionel Messi, récemment couronné d'un sixième Ballon d'Or et qui disputait son 42e Clasico (un de moins que le recordman madrilène Sergio Ramos, 43), n'ont pas suffi cette fois. Comme sur cette reprise de volée opportune (30e) ou cette louche bien sentie pour Jordi Alba (40e), finalement infructueuses, "la Pulga" a manqué l'occasion de conclure sa fabuleuse année 2019 en beauté. Entre les attaquants Karim Benzema ou Antoine Griezmann, pour sa première, un joueur français aurait pu s'illustrer, pour le clasico le plus tricolore de tous les temps (cinq joueurs français ont été alignés pour la première fois sur les 22 titulaires mercredi, avec Lenglet, Griezmann côté blaugrana; et Benzema, Mendy et Varane côté merengue, sans compter Zidane). Mais il n'en a rien été. Si les joueurs étaient engourdis, les revendications politiques sont restées assez froides, elles aussi, et n'ont pas été aussi importantes que ce que redoutaient les forces de l'ordre, qui avaient déployé un dispositif sans précédent, avec 3000 agents dont mille policiers.

​Liverpool bat Monterrey et rejoint Flamengo en finale

Liverpool s'est défait des Mexicains de Monterrey (2-1) mercredi en demi-finale du Mondial des clubs organisé à Doha (Qatar) et affrontera samedi les Brésiliens de Flamengo dans un remake de la finale de 1981 pour le titre intercontinental. Naby Keïta (12e) et Roberto Firmino (90e+1) ont permis aux Reds de l'emporter face à une équipe joueuse de Monterrey, emmenée par l'Argentin Rogelio Funes Mori, buteur opportuniste en première période (14e). En finale, Liverpool tentera de remporter le premier titre planétaire de son histoire après trois échecs.

Libé
Jeudi 19 Décembre 2019

Lu 1083 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 19 Septembre 2020 - 19:45 Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad

Vendredi 18 Septembre 2020 - 19:59 La Juve en quête d' un 10ème titre de suite

Vendredi 18 Septembre 2020 - 14:00 Roland-Garros rattrapé par la réalité du Covid-19