Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au Vietnam, une école d’arts martiaux pour se désintoxiquer des jeux vidéo



Au Vietnam, une école d’arts martiaux pour se désintoxiquer des jeux vidéo
Au total, près de mille jeunes entre 13 et 19 ans sont pris en charge à travers le pays, sur les cinq campus de ce centre de désintoxication basé sur l’activité physique traditionnelle.
La jeune Vietnamienne Tran Nguyen Nhat An passait jusqu’à 18 heures par jour scotchée à son écran jusqu’à ce que ses parents la confient à une école spécialisée dans les addictions, mêlant discipline de fer et art martial. A son arrivée dans cette structure en octobre dernier, l’adolescente de 16 ans a dû se plier à de nouvelles règles, à commencer par la confiscation de son téléphone portable.
Puis celle qui passait des nuits devant ses jeux vidéo, notamment League of Legends, a dû s’habituer à se lever tous les jours de la semaine avant l’aube, à 5h30. Elle a dû se mettre aussi au vovinam, un art martial qui impose un grand contrôle physique mais aussi émotionnel, des vertus que tentent d’enseigner les professeurs de cette école de la banlieue de Ho Chi Minh-ville, la bouillonnante capitale économique du Vietnam.
Preuve du problème de santé publique mondial posé par ce phénomène d’addiction et malgré l’absence de statistiques, le «trouble du jeu vidéo» (gaming disorder) va être reconnu prochainement comme une maladie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Paradoxalement, dans le même temps, les partisans de l’inclusion de l’«eSport» aux Jeux olympiques sont pris de plus en plus au sérieux. Une idée à l’opposé de la philosophie du centre de désintoxication que constitue cette école pilote basée sur l’activité physique traditionnelle.
An y a finalement trouvé ses marques, après plusieurs semaines difficiles de sevrage des jeux vidéo mais aussi de son addiction à l’alcool. «Avant, j’étais déprimée dans ma chambre. Je ne faisais aucun exercice, je ne parlais à personne... Ici je peux parler à beaucoup de gens», raconte Tran Nguyen Nhat An, lors d’une visite de l’AFP à l’école.
Sur le campus de cet Institut pour le développement du vovinam et du sport (IVS), quelque 300 enfants et adolescents sont scolarisés et au total, près de mille jeunes, entre 13 et 19 ans, sont pris en charge à travers le pays sur cinq campus. Certains sont là pour des problèmes d’alcoolisme ou de rébellion à l’autorité parentale. Beaucoup sont accros aux jeux vidéo.
Car l’addiction aux jeux vidéo est un phénomène qui inquiète les autorités sanitaires du régime communiste, dans ce pays où plus de 50% de la population a moins de 30 ans. Des millions de jeunes comme An passent leur temps devant leur ordinateur dans leur chambre ou dans des salles de jeux vidéo, très populaires au Vietnam et plus largement en Asie. Un univers confiné qui semble bien loin désormais à An, qui pratique le vovinam, en plein air, plusieurs fois par jour. «Je m’entraîne et ma santé s’améliore», assure An, qui n’a plus touché à un jeu vidéo depuis son entrée à l’école et a repris les études avec assiduité.

Vendredi 16 Février 2018

Lu 355 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.



Flux RSS