Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelhak Zerouali : La colonisation a joué un rôle important dans l'essor du théâtre au Maroc





Abdelhak Zerouali : La colonisation a joué un  rôle important dans l'essor  du théâtre au Maroc
Abdelhak Zerouali, l'esprit créateur à savoir dédié sa vie au théâtre, est un acteur accompli qui s'est forgé dans la culture orale "Al halqa" et a appris de ses conteurs, épris par leurs talents à attiser la curiosité des foules. Dans une interview à la MAP en marge de la 20ème édition du Festival national du théâtre de Tétouan, Zerouali a affirmé que le théâtre est un genre de spectacle pourvu de sens et de conscience politique de l'intellectuel et le créatif marocains. Le théâtre marocain repose sur deux éléments fondamentaux, à savoir les formes d'expression qui résident dans le patrimoine et les traditions marocaines, notamment "Al halqa", "Al bissat", "Sultan Talba", ainsi que d'autres formes de spectacle pouvant se transformer en théâtre, et l'ouverture sur la dimension traditionnelle du théâtre, compte tenu de l'influence du colonisateur français et espagnol sur le théâtre, dans l'objectif de nourrir et cultiver les esprits, et de distraire les communautés résidant au Maroc, a-t-il précisé. La colonisation a joué un rôle important dans l'essor du théâtre, à travers l'édification des théâtres notamment le théâtre municipal d'El Jadida, Cervantes de Tanger et le théâtre municipal de Casablanca, a-t-il rappelé sur un air de nostalgie, notant que les premiers essais théâtraux ont vu le jour en 1926 au lycée Moulay Driss de Fès, qui compte la première troupe de théâtre au niveau national. En 1956, année de l'indépendance, a-t-il poursuivi, le théâtre national a évolué, n'offrant plus uniquement des spectacles mais incluant désormais un discours politique porteur de liberté, de valeurs, d'éthique, au service des intérêts supérieurs de l'identité marocaine. Après la fin du colonialisme, plusieurs théâtres ont vu le jour dont les théâtres d'amateurs qui ont fourni un grand effort dans le choix des thématiques, a-t-il dit, rappelant que la majorité des théâtres d'amateurs se sont consacrés, jusqu’à la fin des années 80, à la critique sociale et politique à l'image de la nouvelle société marocaine, qui défend un Etat de droit et qui se sert des outils d’expression à des fins de divertissement et de sensibilisation politique.

Lundi 17 Décembre 2018

Lu 705 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.