Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Vols de reconnaissance américains pour aider Bagdad à reprendre Tikrit

Le rôle joué par Téhéran perçu d'un mauvais œil par Washington




​Vols de reconnaissance américains pour aider Bagdad à reprendre Tikrit
Les Etats-Unis mènent des vols de reconnaissance pour aider les forces irakiennes à reprendre la ville de Tikrit au groupe Etat islamique (EI), a indiqué mardi un haut responsable dans la première confirmation d'une implication américaine dans cette offensive.
Des responsables américains ont également indiqué, sous couvert d'anonymat, que Washington étudiait la possibilité de mener dans les jours ou semaines qui viennent des frappes aériennes pour aider les forces gouvernementales, engagées dans leur plus importante opération depuis que les jihadistes se sont emparés de larges pans de territoire à la mi-2014 et qui n'a toujours pas abouti trois semaines après son lancement.
La coalition dirigée par les Etats-Unis mène depuis septembre des raids aériens contre l'EI et fournit formation et équipements à l'armée irakienne dans plusieurs régions d'Irak.
Mais c'est la première fois qu'un haut responsable de la coalition fait état d'une implication américaine dans l'offensive à Tikrit, dans le nord du pays, où l'Iran joue un rôle clé aux côtés des forces gouvernementales.
"La coalition a commencé à fournir un soutien RSR (renseignement, surveillance et reconnaissance), le 21 mars à la demande du gouvernement irakien, et ce sont actuellement les Etats-Unis qui fournissent ce soutien", a indiqué ce responsable de la coalition à l'AFP, sous couvert de l'anonymat, ajoutant que ce soutien se présentait sous la forme d'un "oeil dans le ciel".
L'offensive terrestre, qui a débuté le 2 mars, implique des milliers d'Irakiens, soldats, policiers et paramilitaires alliés aux forces gouvernementales, dont les "Unités de mobilisation populaire", groupe composé essentiellement de miliciens chiites.
Elle a permis de reconquérir des villes menant à Tikrit, et d'encercler les quelques centaines de jihadistes toujours retranchés dans Tikrit.
Mais la reconquête de Tikrit elle-même s'est avérée plus difficile en raison des importants dispositifs défensifs mis en place par les jihadistes, dont un grand nombre d'engins explosifs disséminés dans la rue et des bâtiments.
Le ministre irakien de l'Intérieur avait annoncé la semaine dernière que l'offensive avait été temporairement suspendue pour limiter le nombre de victimes et protéger les infrastructures de la ville.
Le rôle joué par Téhéran et l'importance du général Ghassem Souleimani, un des plus hauts gradés iraniens sur le terrain, sont perçus d'un mauvais œil par Washington, alors que l'Iran ne fait pas partie de la coalition internationale antijihadistes.

Jeudi 26 Mars 2015

Lu 278 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés