Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Violents combats à Wadi Barada après la mort d'un négociateur

Un assaut majeur de l'EI contre l'armée syrienne fait plus de 30 morts




De violents combats ont eu lieu dans la nuit dans le secteur de Wadi Barada, près de la capitale syrienne, entre forces gouvernementales et rebelles quelques heures après l'assassinat d'un négociateur, a rapporté dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
"De violents combats ont éclaté après minuit entre forces du régime et des combattants du Hezbollah libanais d'une part et des groupes rebelles de l'autre", a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.
Les combats se poursuivent à Wadi Barada, à 15 km de Damas, depuis le 20 décembre en dépit de l'entrée en vigueur fin décembre d'un accord de cessez-le-feu en Syrie sous le parrainage de la Russie, l'Iran et la Turquie, qui prévoit des négociations entre les parties en conflit à partir du 23 janvier dans la capitale du Kazakhstan.
Ces combats ont endommagé les conduites d'eau alimentant Damas, affectant plus de cinq millions d'habitants dans la capitale.
Ils ont repris dans la nuit après la mort du chef du comité des négociations dans la région, l'officier à la retraite Ahmad al-Ghadbane, "tué par des hommes armés non identifiés alors qu'il accompagnait les équipes de maintenance à Wadi Barada", a précisé M. Abdel Rahmane.
Selon lui, "les forces du régime ont tenté avec leurs alliés d'avancer vers la localité d'Ain el-Fijé où se trouvent les sources d'eau" et ont bombardé à l'artillerie lourde après minuit les zones de combats.
Les deux parties s'accusent mutuellement d'être responsable de l'assassinat de M. Ghadbane qui avait pris ses fonctions 24 heures plus tôt en vertu d'un accord permettant l'entrée des équipes de maintenance à Wadi Barada. Ces dernières devaient réparer les infrastructures alimentant la capitale en eau en échange de l'arrêt des hostilités et le départ du secteur des combattants rebelles qui le souhaitaient.
L'agence officielle syrienne Sana a rapporté samedi soir que "des terroristes avaient ouvert le feu" sur M. Ghadbane "à sa sortie d'une réunion avec les chefs des groupes" armés à Ain el-Fijé.
Pour leur part, des organisations locales de la société civile ont dénoncé l'assassinat de M. Ghadbane, tué selon elles "à un barrage du régime". Elles ont appelé l'opposition à "ne pas se rendre (aux négociations) d'Astana", en réclamant des "observateurs de l'ONU pour superviser le cessez-le-feu à Wadi Barada et le départ (des forces du) régime" soutenues par des combattants du Hezbollah.
Samedi, le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a lancé une offensive majeure contre les secteurs prorégime de la ville syrienne assiégée de Deir Ezzor, où plus de trente combattants ont péri dans les affrontements.
Au moins 12 soldats et 20 jihadistes sont morts dans les violents combats dans cette ville de l'est du pays, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
L'EI, qui contrôle 60% de la ville, a lancé le matin son offensive pour s'emparer des secteurs aux mains du régime, ainsi que d'un important aéroport militaire proche, selon l'OSDH.
"Il s'agit de l'offensive la plus importante lancée par l'EI" depuis plus d'un an, a indiqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.
L'agence officielle Sana et une source militaire syrienne ont confirmé l'assaut.
Au cours de ce dernier, les jihadistes ont lancé des kamikazes contre les troupes du régime, a précisé M. Abdel Rahmane. En riposte, "l'aviation du régime et celle de ses alliés (ndlr: la Russie) ont lancé des raids sur les positions jihadistes dans la ville".

Lundi 16 Janvier 2017

Lu 554 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés