Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Un couple mixte interdit de mariage à Agadir

Quand un juge confond hard rock et satanisme




​Un couple mixte interdit de mariage à Agadir
Dans les milieux de défense des droits humains, on fulmine. L’interdiction faite par un juge d’Agadir à un jeune Marocain de convoler en justes noces avec une Allemande parce qu’ils seraient des «adorateurs de Satan» est révélatrice de l’état des libertés au Maroc.  «C’est extrêmement inquiétant. De telles accusations fondées sur des croyances surgies de nulle part nous renvoient dix ans en arrière avec ce qu’avaient enduré ces jeunes musiciens  jetés en prison après avoir été condamnés pour satanisme. Tout cela parce qu’ils étaient passionnés de rock et de musique heavy metal», s’exclame cet activiste. 
Reprenons les faits pour mieux cerner les craintes de plus en plus grandissantes des démocrates.  A la mi-avril, Amine Khairi, jeune Marocain de 26 ans établi à Agadir, dépose une demande de certification de son contrat de mariage avec sa fiancée originaire d’Allemagne. Le jeune homme se présente à la préfecture de police d’Agadir pour les besoins d’une enquête somme toute de routine dans le cas de mariage mixte et qui, en principe, ne dure que 48 heures. Après des va-et-vient incessants et d’étranges questions qui  lui sont posées par les chargés de la fameuse enquête de routine, il apprend 15 jours plus tard que sa demande  de mariage est tout bonnement refusée. Amine Khairi n’en croit pas ses oreilles et demande les raisons de ce refus.  La réponse tombe très officiellement : «Appartenance à la mouvance sataniste».
Un jugement est même rendu. Une décision de justice qui donne froid dans le dos. On y lit que M. Khairi "est considéré comme adepte des adorateurs de Satan, faisant le commerce de vêtements et outils liés à ce courant, jusqu'en 2008". Malgré ses déclarations sur le fait qu'il est musulman, «ses idées et comportements ainsi que la nature de son commerce démentent cela".  Jugée sur son apparence vestimentaire, sa compagne est également accusée d’appartenir au même courant. Très vite  le juge chargé de les marier se fait sa propre religion : de telles idées sont contraires à l'ordre général au Maroc.  Ce mariage ne saurait avoir lieu. Les adorateurs de Satan ne se marient pas en terre marocaine. Ainsi en a décidé le magistrat.
"C'est la deuxième fois que la justice rejette ma demande de certifier comme le prévoit la loi mon contrat de mariage avec mon amie allemande. J’ai  répété à la justice que je suis musulman, et que je n'ai rien à voir avec ce dont ils m'accusent, je suis comme tous ces jeunes qui aiment le rock et je m'habille d'une certaine manière", a expliqué à l'AFP le fiancé débouté par une étrange justice.
Cette décision de justice vient confirmer un tournant dangereux. Des jugements sont rendus sur la base de tenues vestimentaires. Des interdictions sont prononcées au nom de croyances sectaires.  Le hard rock et le heavy metal sont encore des délits. Les produits dérivés d’une telle musique-t-shirt, chaînes …- sont désormais des preuves de satanisme. Et c’est toute une jeunesse éprise de musique alternative qui est considérée comme hors la loi.  Après les dé-jeûneurs et les relations amoureuses hors mariage qui conduisent tout droit à la prison, voici (re) venu le temps de la musique non halal, qui interdit de contracter mariage et brise tout projet de  vie à deux.  

Narjis Rerhaye
Vendredi 8 Mai 2015

Lu 855 fois


1.Posté par Magid le 09/05/2015 21:22
Avez vous pris connaissance du fait divers en France de la jeune musulmane accusée par la principale d'un collège d'avoir une tenue ostentatoire car elle portait une jupe trop longue? Ce principale a reçu le soutien de sa hiérarchie. En France au moins ils font respecter à la lettre leur intérpretation de la laîcité quand bien même elle serait de fait hostile à l'islam. Ils font respecter à la lettre ce qu'ils considérent être les lignes rouges à ne pas franchir. Au Maroc on doit baisser la tête et acquiésser quand un couple homosexuel est pris la main dans le sac en flagrante violation de nos loies tout cela parce qu'un des deux est anglais. On doit tendre la joue quand on nous accuse d'être rétrograde sous pretexte que l'on essaye de faire respecter nos principes et nos valeures. Devrions nous sacrifier nos valeures parce que d'autres ont décrété qu'elles étaient rétrogrades ? Il ya ceux qui restent fidèles à leur identité et qui ont des principes et il ya les autres, les serviles! Voilà qui est dis!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés