Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Un accord de cessez-le-feu en Ukraine arrachés à Minsk

Nuit blanche et décisions essentielles au petit-matin




​Un accord de cessez-le-feu en Ukraine arrachés à Minsk
Les dirigeants européens et les présidents ukrainien et russe ont trouvé un "accord sur l'essentiel", notamment un cessez-le-feu le 15 février et le retrait des armes lourdes le long de la ligne de front, a annoncé jeudi le président russe Vladimir Poutine. "On a réussi à trouver un accord sur l'essentiel", s'est félicité M. Poutine à l'issue de seize heures de négociations avec ses homologues ukrainien et français, et la chancelière allemande. L'accord porte sur un cessez-le-feu en vigueur dès dimanche, et sur le retrait des belligérants et de leurs armes lourdes permettant la création d'une zone tampon élargie.
Les présidents russe, ukrainien, français et la chancelière allemande à Minsk avaient poursuivi jeudi matin après une nuit blanche leurs négociations marathon pour tenter de parvenir à un plan de paix pour l'Ukraine, tandis qu'un "espoir" de signature d'un accord par le Groupe de contact se profilait.
Réuni en parallèle dans la capitale bélarusse, le Groupe de contact, constitué de représentants russes, ukrainiens et de l'OSCE, négociait avec les séparatistes prorusses. Signe que les discussions avançaient, les dirigeants séparatistes de la "république" autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, et de Lougansk, Igor Plonitski, ont rejoint le Groupe de contact pour les négociations. Cet accord portait "sur la mise en œuvre concrète de l'accord de Minsk du 5 septembre", a précisé une source. Resté pour l'essentiel lettre morte, le "protocole" de cessez-le-feu signé le 5 septembre à Minsk, développé par un mémorandum du 19 septembre, était jusqu'à présent le seul accord signé par toutes les parties pour tenter de régler un conflit qui a fait plus de 5.300 morts en dix mois.
Sur le terrain, notamment dans le fief rebelle de Donetsk, les tirs d'artillerie et de lance-roquettes multiples Grad n'ont pas cessé de la nuit, essentiellement à partir des zones contrôlées par les rebelles.
De leur côté, presque quatorze heures après le début des négociations, Vladimir Poutine, Petro Porochenko, François Hollande, Angela Merkel, tantôt entourés par leurs conseillers, tantôt seuls, continuaient de discuter pied à pied le document qui visait à mettre fin à six mois de guerre. Conséquences de cette réunion prolongée, le  début du sommet européen à Bruxelles devait être retardé en raison des négociations interminables sur l'Ukraine à Minsk a-t-on appris jeudi auprès du Conseil. 

AFP
Vendredi 13 Février 2015

Lu 227 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés