Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Toujours pas d'accord entre Parlements rivaux libyens aux premiers pourparlers directs




​Toujours pas d'accord entre Parlements rivaux libyens aux premiers pourparlers directs
Les deux Parlements rivaux libyens ont eu pour la première fois des pourparlers directs dimanche à Skhirat, au Maroc, sous l'égide de l'ONU, mais sans parvenir à conclure un accord sur la formation d'un gouvernement d'union nationale.
En proie au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye compte deux Parlements --et deux gouvernements-- qui se disputent le pouvoir, l'un à Tripoli, et l'autre à Tobrouk (est) reconnu par la communauté internationale.
Depuis jeudi dernier, les délégations représentant ces deux Parlements étaient de nouveau réunis à Skhirat, une station balnéaire proche de Rabat, afin de tenter de s'entendre sur un quatrième projet d'accord, soumis début juin par l'ONU.
Après des entretiens séparés jusqu'à samedi avec M. Leon, les deux camps --ainsi que des acteurs de la société civile-- ont tenu une réunion commune dimanche, une première depuis la mi-mars. Après s'être félicités des "avancées" obtenues, ils ont toutefois échoué à signer un "protocole d'entente", comme cela était envisagé.
"Trois points essentiels du projet d'accord des Nations unies ont été modifiés sans notre consultation", a affirmé à la presse Ashraf Ashoh, membre de la délégation du Congrès général national (CGN, Parlement de Tripoli).
Mohamed Saleh Al-Makhzoum, un responsable du CGN, a affirmé que les membres de sa délégation allaient ainsi regagner Tripoli dès lundi matin afin de consulter le Parlement. Il a évoqué un retour au Maroc à partir de jeudi.
En fin de soirée dimanche, les représentants du Parlement de Tobrouk et la mission de l'ONU en Libye (Manul) n'avaient, pour leur part, pas réagi.
Samedi, l'émissaire de l'ONU, Bernardino Leon, s'était voulu optimiste. Malgré les difficultés, "je suis convaincu que nous obtiendrons une solution juste", avait dit Leon lors d'un iftar, le repas de rupture du jeûne du Ramadan.
Il avait également réclamé, la veille, un "message d'espoir" de la part des belligérants, en référence à la série d'attentats dans plusieurs pays, dont la Tunisie.
Les délégations sont sous la pression de la communauté internationale, inquiète notamment de l'implantation grandissante du groupe Etat islamique (EI) en Libye.

Mardi 30 Juin 2015

Lu 194 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés