Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Tanger, véritable locomotive de l’industrie automobile au Maroc et en Afrique

Des perspectives de croissance spectaculaires dans la perle du Nord




L’industrie automobile constitue l'un des secteurs les plus performants de la perle du Nord, annonçant des perspectives de croissance spectaculaires, à même de favoriser l'intégration du Royaume au club des grands constructeurs automobiles.
Ce secteur industriel, qui a su réaliser des résultats qualitatifs en un temps record dépassant toutes les prévisions, en se positionnant en premier secteur exportateur du Royaume devant l'agro-industrie et les phosphates, a toutes les chances et les moyens nécessaires pour aller plus loin et réaliser des résultats encore plus prometteurs, rapporte la MAP. 
Le Royaume a aujourd’hui une capacité de fabrication de 600.000 véhicules par an et fait partie des grands constructeurs d'automobile dans le monde, avec le nouveau objectif d'atteindre 1 million de véhicules à l'horizon 2020, avait fait observer le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, lors du 5-ème Automotive meetings Tanger-Med.
Cet essor remarquable est conforté par la structuration actuelle du secteur en écosystèmes performants, conformément au Plan d'accélération industriel (PAI) 2014-2020, qui constituent de précieux catalyseurs de la montée en gamme de la filière automobile, et de son ancrage dans l'industrie mondiale. 
Avec le nouveau projet du Groupe Renault au Maroc, l'industrie automobile enregistre une grande performance consistant à développer une plateforme mondiale d'approvisionnement, susceptible de conférer au pays une position de choix sur l'échiquier mondial et de réaffirmer son attractivité et sa capacité de drainer davantage d'investissements dans divers secteurs primordiaux. 

A travers le site de Renault, qui affiche une production qui devrait dépasser les 270.000 véhicules en 2016, en se rapprochant des 90% de la capacité installée pour l’usine de Tanger, la ville s’érige sans équivoque en capitale et véritable locomotive de l’industrie automobile au Maroc et en Afrique, selon les propos du directeur général du Groupe Renault Maroc, Marc Nassif, à l'occasion de la présentation de la 5-ème AMT.
Etant depuis 2014 le premier secteur exportateur au Maroc, avec 50 milliards de dirhams (MMDH) de chiffre d’affaires à l’export en 2015, l’automobile constitue un pilier de développement aux niveaux local et national et une locomotive de croissance économique qui favorisera la création de richesses et d’emplois, avait-t-il indiqué, notant que l’usine Somaca de Renault à Casablanca devrait enregistrer en 2016 un nouveau record, en dépassant largement les 70.000 véhicules.
La production de Renault Maroc devrait atteindre plus de 340.000 véhicules en 2016, ce qui fait du Royaume une base industrielle extrêmement importante pour le groupe à l’échelle internationale, avec une part de plus de 10% des ventes totales du groupe dans le monde, avait annoncé M. Nassif.
Atteignant un chiffre d’affaires à l’export de 40 MMDH, à 33% de profondeur d’intégration, et 85.000 emplois en 2014, avec 13 MMDH de création de richesses, le secteur d’industrie automobile table sur un chiffre d’affaires de 60 MMDH en 2016 et devrait dépasser les 100 MMDH en 2020 (à 65% de profondeur d’intégration) avec plus de 175.000 emplois et 65 MMDH de création de richesses.
Et pour accompagner la dynamique de croissance intégrée enclenchée dans le secteur de l'industrie automobile, neuf contrats d'investissement ont été conclus, en novembre dernier à Tanger, entre le ministère de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique et des entreprises opérant dans le secteur pour un montant total de 441 MDH. 
Ces projets d'investissement, qui portent sur l'extension et la création d'entreprises dans des activités liées notamment au câblage automobile, aux équipements et accessoires, à l'injection plastique et à la fabrication de pièces pour l'acoustique et d’étanchéité automobile et de composantes en caoutchouc et plastique, devront créer 2.122 emplois et générer un chiffre d'affaires de 2,26 MMDH à l'horizon 2020. 
A cela s’ajoute la signature, en avril dernier à Tanger, de deux contrats liés à l’offre de formation pour l’accompagnement des écosystèmes automobile, entre le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, l'Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) et l’Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile (AMICA).

Lundi 2 Janvier 2017

Lu 2355 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.