Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Situation humanitaire catastrophique à Aden




​Situation humanitaire catastrophique à Aden
La situation humanitaire est "catastrophique" à Aden, s'est alarmée la Croix-Rouge alors que la grande ville du sud du Yémen est le théâtre de combats quotidiens entre rebelles chiites liés à l'Iran et partisans du président soutenu par l'Arabie saoudite.
 Mercredi, la Croix-Rouge espère faire atterrir à Sanaa un premier avion d'aide avec à son bord 16 tonnes de médicaments chargées en Jordanie. Une deuxième cargaison de 32 tonnes pourrait suivre jeudi, selon Marie-Claire Feghali, la porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Sanaa.
 Cette aide est attendue avec impatience au Yémen, où "la situation humanitaire est très critique", a-t-elle précisé.
 Ce pays pauvre de la Péninsule arabique est soumis depuis le 26 mars aux raids aériens d'une coalition arabe menée par Ryad en soutien au président Abd Rabbo Mansour Hadi. Ce dernier a été contraint de quitter le pays sous la pression de ses adversaires, les rebelles houthis alliés à des militaires restés fidèles à l'ex-chef de l'Etat Ali Abdallah Saleh.
 Mardi, les pays du Golfe ont proposé au Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution qui frapperait de sanctions le chef des rebelles houthis et le fils aîné de l'ex-président yéménite, Ahmed Ali Abdallah Saleh.
 Aux termes de ce texte, dont l'AFP a eu copie, le Conseil impose aussi aux Houthis et à leurs alliés un embargo sur les armes et les somme de cesser les hostilités et d'abandonner le pouvoir "immédiatement et sans conditions".
Outre les liaisons aériennes et maritimes désormais coupées, les infrastructures ont été sérieusement affectées par les raids et l'aggravation des combats, en particulier dans le sud.
"La situation est catastrophique" à Aden, où "la guerre a gagné tous les coins de la ville", a précisé Mme Feghali. 
En raison des combats, la plupart des quelque 800.000 habitants "ne peuvent même pas s'enfuir". Et "des cadavres restent parfois abandonnés dans la rue, personne ne pouvant s'aventurer pour aller les retirer", relate la porte-parole du CICR.  "La situation est encore pire dans les hôpitaux", déplore Mme Feghali, dont l'organisation a demandé en vain une pause humanitaire pour acheminer des secours.
 Présent au Yémen, Médecins sans frontières (MSF) juge également que la situation "empire de jour en jour" à Aden, selon la chef de sa mission, Marie-Elisabeth Ingres.   Le porte-parole de la coalition, le général Ahmed Assiri, a indiqué plus tard qu'un permis avait été délivré à un bateau à Djibouti transportant de l'aide et des médicaments pour qu'il se rende au Yémen.
Par ailleurs, onze personnes au moins ont été tuées mercredi à Aden, deuxième ville du Yémen, lors de nouveaux affrontements entre rebelles chiites et combattants fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié en Arabie saoudite, a indiqué une source militaire.
 Les rebelles et leurs alliés cherchaient toujours mercredi à prendre le contrôle de la grande ville portuaire du sud, au 14e jour de la campagne aérienne menée contre eux par l'Arabie saoudite, à la tête d'une coalition militaire d'une dizaine de pays arabes.

Jeudi 9 Avril 2015

Lu 221 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés