Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Sécurité renforcée à Tripoli après les attaques d'ambassades

La montée en force de l'EI compromet les chances d’une solution politique au conflit




​Sécurité renforcée à Tripoli  après les attaques d'ambassades
Les mesures de sécurité ont été renforcées lundi dans la capitale libyenne Tripoli après deux attaques en 24 heures contre les ambassades du Maroc et de la Corée du Sud revendiquées par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).
Alors que le dialogue inter-libyen a repris lundi à Alger, le Conseil de sécurité de l'ONU s'est dit "très inquiet" de la poursuite des violences et s'est déclaré "prêt à sanctionner" les fauteurs de troubles. Il a exhorté les participants aux négociations à "se mettre d'accord sur un gouvernement d'union nationale pour mettre fin à la crise".
Les nouvelles violences illustrent le chaos sévissant en Libye, pays livré à des groupes d'ex-rebelles depuis la révolte de 2011 et où deux gouvernements et Parlements se disputent le pouvoir. Outre les combats entre forces relevant de ces deux autorités, le groupe EI a profité de l'instabilité pour s'infiltrer en Libye, s'emparer de territoires et commettre des attaques meurtrières.
Les mesures de sécurité seront renforcées avec notamment la multiplication des check-points de sécurité, selon des responsables. 
Dimanche, des hommes armés ont tiré au fusil mitrailleur devant l'ambassade de Corée du Sud, qui a fermé comme la plupart des autres chancelleries dans la capitale après la prise du pouvoir en août 2014 par la coalition de milices Fajr Libya qui y a favorisé l'installation d'un gouvernement parallèle. 
L'attaque a fait deux morts, un garde et un civil libyens. Selon une source du gouvernement siégeant dans l'Est, le civil tué est le frère de l'ex-chef de gouvernement Mahmoud Jibril, qui rendait visite aux gardes, des amis.
Quelques heures plus tard, une bombe dissimulée dans un sac a explosé devant l'ambassade du Maroc, sans faire de victime.
Le Maroc a demandé l'ouverture d'une enquête aux autorités libyennes, qualifiant l'attaque de "vile agression criminelle".
Le gouvernement libyen reconnu a dénoncé les deux attaques qui ont été revendiquées sur Twitter par l'EI, présent dans les villes de Syrte et Derna dans l'est et qui a multiplié ses attaques à Tripoli ces dernières semaines. 
A Amman, l'homme fort de l'armée du gouvernement reconnu par la communauté internationale, le général Khalifa Haftar, qui cherche à obtenir des armes pour ses troupes malgré un embargo de l'ONU, a reçu l'appui du roi Abdallah II. 
Amman est engagé dans la coalition internationale menée par les Etats-Unis pour lutter en Irak et en Syrie contre l'EI, responsable d'atrocités et accusé de crimes contre l'humanité.
Malgré la médiation de l’ONU qui tente d'arracher un accord sur un gouvernement d'union, force est de constater l'échec des forces politiques à contenir les puissantes milices armées, les ingérences extérieures et la montée en force de l'EI qui compromettent grandement toute chance de trouver une solution politique au conflit.

Mercredi 15 Avril 2015

Lu 323 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés