Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​SAS et UNTM, la double aberration

Les élections professionnelles au-delà des chiffres




​SAS et UNTM, la double aberration
Les résultats des élections des commissions paritaires dans les administrations et les établissements publics et les collectivités locales et des délégués des salariés dans le secteur privé sont là.   D’aucuns cherchent  à donner aux chiffres annoncés une toute autre portée qu’ils sont censés avoir. On pourrait en faire la lecture à travers deux aspects qui seraient particulièrement édifiants. Cela concernerait notamment lesdits SAS et l’UNTM.
Pour ce qui est du premier, les sans appartenance syndicale (SAS), en l’occurrence le fait qu’ils comptent comme « syndicats » parmi  les « plus représentatifs »,  interpelle à plus d’un titre. Pour qui roulent-ils ? Quels seraient leurs programmes ou leurs projets ? Leurs accointances avec le patronat ne sont plus à démontrer. Autant dire que les dés sont pipés dès le départ. 
Les mêmes élections auraient « consacré » l’UNTM, syndicat attitré du parti menant la majorité actuelle. Une majorité qui n’a cessé depuis l’investiture du gouvernement de Benkirane de porter atteinte aux acquis sociaux de la classe ouvrière et de l’ensemble des citoyens, aux libertés syndicales, au pouvoir d’achat des Marocains à travers une série de hausses successives des prix des produits de  première nécessité, du carburant, entre autres. Une majorité qui persiste  à mener à terme    sa politique antisociale et de paupérisation et à prendre de nombreuses mesures de manière unilatérale  hostiles aux intérêts  de la classe laborieuse. Le gouvernement est allé jusqu’à geler  le dialogue social  et ne pas honorer ses engagements, particulièrement le reliquat de l’Accord du 26 avril. Pire, et au lieu de mettre en œuvre les termes de la Constitution, à travers l’élaboration de la loi organique relative au droit à la grève, le gouvernement a recouru aux prélèvements sur les salaires des grévistes, sans fondement légal.   Le syndicat de Mohamed Yatim, faut-il le rappeler, souscrit aveuglément à toutes les décisions de Benkirane, si impopulaires soient-elles. Pour preuve,  l’UNTM est le seul syndicat à faire exception quant au prolongement de l’âge de retraite.
Depuis la publication de ces résultats, l’UNTM a exploité la situation  pour leur donner une interprétation à sens unique.
En réaction à ces résultats, dans une déclaration à notre confrère Al Ittihad Al Ichtiraki, Sadek Rghioui, secrétaire adjoint de la FDT, a qualifié de baroques ces chiffres  qu’a connus le Maroc  et que les résultats annoncés ont été  largement gonflés. Concernant le secteur privé, le responsable syndical a fait savoir qu’il y avait une ingérence flagrante du syndicat du parti majoritaire.  

Le taux de participation dépasse 60%

Le taux de participation aux élections des commissions paritaires dans les administrations et établissements publics et les collectivités locales et des délégués des salariés dans le secteur privé dépasse 60 %, ont annoncé, jeudi à Rabat, le ministre de l'Emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki, et le ministre délégué chargé de la Fonction publique et de la Modernisation de l'Administration, Mohamed Moubdii.
Les deux ministres ont fait savoir qu'au niveau du secteur public, les non-affiliés arrivent en tête avec 2.528 délégués, soit 28,67 %, suivis de l'Union marocaine du travail -UMT (2.176 ), de la Confédération démocratique du travail-CDT (1.297), de la Fédération démocratique du travail-FDT (810), de l'Union générale des travailleurs du Maroc-UGTM (685), de l'Union nationale du travail au Maroc-UNTM (647), de l'Organisation démocratique du travail-ODT (300) et d'autres syndicats (374), soit un total de 8.817 délégués.

Larbi Bouhamida
Samedi 27 Juin 2015

Lu 1329 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés