Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Reprise du dialogue social sur fond de tensions




​Reprise du dialogue social sur fond de tensions
Alors que le gouvernement Benkirane et les centrales syndicales ont repris  langue hier, les mouvements de protestation ne cessent de s’accentuer.
Le bureau national des administrateurs (ODT) a, en effet, décidé de participer à la manifestation qui sera organisée le 19 février devant le ministère de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration par l’Union nationale des administrateurs marocains. 
Dans un communiqué de presse, le syndicat catégoriel affilié à l’ODT affirme que la politique « de fuite en avant » du gouvernement Benkirane pour se défausser du traitement des questions sociales en général et des revendications des administrateurs de la Fonction publique en particulier, explique ce mouvement de protestation. Le bureau national des administrateurs a également appelé tous les administrateurs à prendre part massivement à la marche populaire que l’ODT compte organiser le dimanche 1er mars à Rabat. Le bureau central de la FDT a, lui aussi, appelé à l’organisation de sit-in devant les sièges des wilayas à travers le Royaume samedi 21 février courant en guise de protestation contre « l’obstination du chef du gouvernement à vouloir consacrer une dualité chimérique par l’invitation de l’ex-secrétaire général à la séance du dialogue social» tenue hier au siège de la présidence du gouvernement. Il a également refusé de manière catégorique toute intervention dans les affaires intérieures de la FDT et dénoncé toute censure ou tutelle que d’aucuns veulent imposer aux membres de cette centrale syndicale et à leurs choix organisationnels.  
Le bureau central a, par ailleurs, mis en exergue plusieurs faits qui infirment cette dualité chimérique à laquelle le chef du gouvernement veut faire accroire à tout prix. Primo, le procureur du Roi à Casablanca a décidé de classer la plainte déposée par l’ex-secrétaire général de la FDT. Secundo, la nouvelle direction a déjà reçu le récépissé de dépôt final du dossier concernant le renouvellement des instances dirigeantes de la FDT. Tertio, une décision judiciaire du tribunal de Casablanca a confirmé que l’ex-secrétaire général n’avait  pas la qualité pour ester en justice. Selon le bureau central de la FDT, ce jugement est « conforme à la loi puisqu’il considère la direction élue lors du 4ème Congrès national comme le représentant unique et légitime de la Fédération comme mentionné dans le récépissé de dépôt final dont dispose la FDT».    A rappeler que le bureau central de cette centrale syndicale avait organisé une marche nationale le 2 décembre 2014  qui avait regroupé tous les membres des instances dirigeantes au niveau central et sectoriel, pour dénoncer l’obstination du chef du gouvernement « à consacrer cette dualité ». Et de conclure que le bureau central est contraint aujourd’hui de protester « pour défendre la souveraineté de la décision de la FDT ». 

M.T
Mercredi 11 Février 2015

Lu 443 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés