Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Reprise des négociations sur le nucléaire iranien

Les USA refusent de parler d’une prolongation




​Reprise des négociations sur le nucléaire iranien
Les Etats-Unis ne discutent pas avec leurs interlocuteurs d’une possible extension de la date butoir du 24 novembre pour parvenir à un accord dans le dossier nucléaire iranien, a annoncé mercredi à Vienne un haut responsable américain.
 “Nous parlons d’aboutir d’ici au 24 novembre, c’est ce que veut tout le monde autour de la table, y compris les Iraniens”, a déclaré cette source à des journalistes.
Les grandes puissances du “5+1” (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie) et l’Iran tentent d’aboutir d’ici à cette date à un accord historique qui garantirait que le programme nucléaire iranien poursuit des objectifs exclusivement civils, en échange d’une levée des sanctions internationales qui pèsent sur la République islamique. Une telle entente mettrait fin à un différend qui empoisonne les relations internationales depuis douze ans.
 Les plus hauts dirigeants iraniens ont suggéré ces derniers jours qu’une extension du délai pourrait être décidée d’un commun accord afin de donner plus de temps aux parties pour rapprocher leurs positions.
Selon la source américaine mercredi matin, “les écarts se réduisent dans l’ensemble”, mais demeurent “significatifs” sur certains points.
 Et à ce stade, a ajouté la source, Washington “ne parle pas d’une extension (...). Les experts disent que techniquement, cela peut être fait, mais des décisions politiques doivent être prises”.
 Le responsable s’exprimait au moment où John Kerry, le chef de la diplomatie américaine, devait s’entretenir à partir de la mi-journée dans la capitale autrichienne avec son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, ainsi qu’avec la haute représentante de l’UE, Catherine Ashton.
Les discussions devaient être suivie, toujours dans la capitale autrichienne, d’un “mini-round” des négociations associant tous les acteurs du dossier, à savoir l’Iran et les grandes puissances du 5”1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne), au niveau des directeurs politiques.
Lundi soir, le président iranien, Hassan Rohani, a souhaité que le dossier soit réglé dans les “40 jours”, tout en estimant que “les deux camps trouveront une solution” dans le cas contraire.
Le négociateur iranien Abbas Araqchi avait dès la semaine dernière estimé “possible” que les deux parties s’entendent pour repousser la date butoir, comme elles l’avaient déjà fait en juillet dernier.
Selon l’analyste Kelsey Davenport, de l’organisation américaine Arms Control Association, il est cependant “probable” que les faucons dans les deux camps “s’opposent à un nouveau délai et tentent de faire échouer les négociations”.

Jeudi 16 Octobre 2014

Lu 273 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés