Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Reportage : Comment un cyber-jihadiste a semé la terreur dans un quartier huppé de Rabat

Dis papa, c’est comme ça un terroriste ?




​Reportage  : Comment un cyber-jihadiste a semé la terreur dans un quartier huppé de Rabat
A Rabat, les habitants de cette paisible ruelle située derrière l’avenue Ibn Sina dans le quartier de l’Agdal ne sont pas près d’oublier cette folle journée. Ce jeudi 21  mai, un jeune Marocain, extradé la veille de Grande-Bretagne où il a purgé 9 ans de prison pour terrorisme, s’est retranché sur le toit de l’immeuble cossu où résident ses parents. Quelques heures auparavant, il  a  mis le feu dans l’appartement familial.  Lui, c’est  Younès Tsouli,  le cyber-jihadiste qui avait mis ses talents de hacker au service d’Al-Qaïda avant d’être condamné pour incitation au terrorisme par le biais d’Internet en juillet 2007 à 10 ans de réclusion. Une peine que celui qui s’était choisi comme  pseudonyme  « irhabi007 » (terroriste007) accomplira dans une prison britannique. A sa condamnation, il  est âgé de 23 ans à peine. 
Son histoire est peu connue au Maroc. Appartenant à un milieu lettré et de la moyenne bourgeoisie, Younès Tsouli a fait ses études au lycée Descartes, à Rabat. Il y laisse le souvenir d’un élève très moyen. En 2001, le bac en poche, il s’envole ensuite pour Londres où réside son père, ancien délégué de l’Office national marocain du tourisme en Grande-Bretagne pour suivre vaguement des  cours d’informatique au Westminster College of Computing. Très vite, il bascule. En 2003 il devient sur la Toile «irhabi007» et passe son temps sur deux forums dédiés au jihad, spécialisés dans la cybercriminalité ou fournissant des informations détaillées sur l’utilisation de composants chimiques à vocation agricole pour fabriquer des bombes.
Traqué sur Internet pendant 18 mois
Au moment de son arrestation à Londres, Youssef Tsouli est traqué sur Internet depuis 18 mois par les services secrets de plusieurs pays. Ils savent que le jeune homme a contribué à faire du Net la nouvelle arme du jihad. « Ils ont également conscience qu’il est parvenu à accroître la visibilité d’Al-Qaïda sur la Toile. Il a été pendant près de deux ans l’un des principaux vecteurs de communication de la propagande des groupes affiliés à l’organisation terroriste agissant en Irak. Et, par conséquent, qu’il a contribué à diffuser à l’échelle mondiale l’idéologie d’Al-Qaïda ainsi qu’à en faciliter indirectement les recrutements. Tout aussi grave, en procédant à l’analyse du disque dur de l’ordinateur de Younès Tsouli, la police londonienne y découvre des photos de plusieurs sites sensibles à Washington, les images d’un engin militaire sophistiqué permettant de se prémunir contre les attaques nucléaires, chimiques ou bactériologiques ainsi que des vidéos d’exécutions d’otages occidentaux, dont celle du journaliste américain Daniel Pearl », écrit en juillet 2007 le site d’information Bladi.net
Et c’est ce cyber-jihadiste que les autorités britanniques ont extradé par vol spécial  mercredi 20 mai, après 9 ans d’emprisonnement. Younès Tsouli s’est rendu dans l’appartement parental. Il devait être entendu jeudi 21 mai par la justice marocaine. 
Le siège  du toit de l’immeuble où résident ses parents va durer pendant de très longues heures.  Deux camions des sapeurs-pompiers bloquent la petite rue, théâtre de l’événement.  Les forces de sécurité ont investi le périmètre. 

«Dis papa, c’est comme 
ça un terroriste ?»


Plusieurs  dizaines de badauds ont afflué sur les trottoirs en face de l’immeuble. Sur le toit, au quatrième étage, Younès Tsouli, armé de deux grands couteaux, menace de se jeter. Il refuse de se rendre aux forces de sécurité, n’hésite pas à brandir ses armes blanches. Il apparaît du haut du toit, longue barbe noire, béret sur la tête et couteau à la main. «Cela dure depuis ce matin. Il a fait sa prière. Puis il a investi le toit de l’immeuble et a menacé tout le monde. Il a dit qu’il n’hésiterait pas à sauter du toit si on tente de l’arrêter», confie un jeune de ce quartier résidentiel.  L’homme est visiblement dangereux et prêt à en découdre. Et c’est précisément cette dangerosité qui a fait réagir Mohamed Hassad, le ministre de l’Intérieur,  à prendre contact avec son homologue britannique pour lui faire part du mécontentement des autorités marocaines. «L’extrême dangerosité de cet individu n’avait pas été signalée par les autorités britanniques qui ont tenu à ce que cet individu reste en liberté, mettant ainsi en danger la vie des personnes», indiquait jeudi soir un communiqué du ministère de l’Intérieur». Question: comment les autorités britanniques peuvent-elles décider en lieu et place d’un pays souverain? 
Dès 22 heures, les forces de sécurité investissent les immeubles voisins.  Dans la foule des enfants sont là, malgré l’heure tardive. "Dis papa, c'est comme ça un terroriste?" demande à son père un garçon d’une dizaine d’années. 
Sur le toit, on voit de loin une torche s 'allumer de temps à autre. Younès Tsouli se prépare à passer une longue nuit de siège.  Ses projets tombent à l’eau. A 23 heures, ce jeudi 21 mai, les forces de l’ordre donnent l’assaut. L’opération dure une vingtaine de minutes.  Il n’y a pas de victimes. Younes Tsouli, le regard comme hébété,  est arrêté.  

Narjis Rerhaye
Samedi 23 Mai 2015

Lu 1023 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés