Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Réouverture de la mosquée Al Aqsa

Sa fermeture qualifiée de déclaration de guerre par Mahmoud Abbas




​Réouverture de  la mosquée Al Aqsa
L'esplanade des Mosquées a rouvert à Jérusalem-est vendredi aux premières heures de la journée de grande prière musulmane hebdomadaire, après avoir été fermée jeudi en vertu d'une décision rarissime prise par Israël devant l'escalade des tensions.
Les rues de la Vieille ville que surplombe l'esplanade des Mosquées étaient calmes tôt dans la matinée, a constaté une journaliste de l'AFP. La masse des fidèles n'est attendue sur l'esplanade qu'en fin de matinée pour la prière.
Les hommes de moins de cinquante ans ne pourront y prendre part, la police ayant décidé par précaution de leur interdire l'accès à l'esplanade pour limiter le risque d'incident, quand elle a décidé jeudi soir de rouvrir le site.
Les autorités israéliennes qui contrôlent l'accès à l'esplanade, située dans la partie palestinienne de la ville, occupée et annexée depuis 1967, avaient fermé l'esplanade, troisième lieu saint de l'islam également vénéré par les juifs, devant un nouvel accès de fièvre.
C'était la première fois que l'esplanade était fermée depuis l'annexion par Israël de Jérusalem-est, a affirmé la fondation qui gère le site.
Jérusalem, déjà en proie à de vives tensions, a été le théâtre mercredi soir et jeudi d'une tentative d'assassinat contre une figure de la droite ultranationaliste juive, de la mort de son agresseur présumé, tué par les policiers, et de multiples heurts entre jeunes Palestiniens et policiers israéliens.
En gardant l'esplanade close vendredi, jour de la grande prière hebdomadaire, Israël aurait pris un risque considérable.
Le président palestinien Mahmoud Abbas a ainsi qualifié de "déclaration de guerre" la fermeture de l'esplanade et les agissements israéliens à Jérusalem-Est. La Jordanie, qui contrôle la fondation gérant l'esplanade, a accusé Israël de "terrorisme d'Etat".
Un calme relatif a régné dans la nuit de jeudi à vendredi. Des incidents épars, principalement des jets de pierre sur les forces de l'ordre ou des véhicules israéliens, se sont produits en fin de soirée, a rapporté la police. Trois Palestiniens ont été arrêtés, a-t-elle dit. Muataz Hijazi, le Palestinien de 32 ans soupçonné d'avoir tenté d’assassiner mercredi soir Yehuda Glick, l'une des figures de la droite ultranationaliste juive qui horripile les musulmans en réclamant le droit de prier sur l'esplanade des Mosquées, a été inhumé dans le calme jeudi soir à Jérusalem-est, a dit la police. Muataz Hijazi avait été abattu chez lui jeudi matin.
Jérusalem-Est est en proie depuis quelques mois, et plus encore depuis une semaine, à des violences qui font craindre une troisième Intifada, du nom des soulèvements palestiniens contre l'occupation israélienne qui ont fait des milliers de morts.
AFP

Samedi 1 Novembre 2014

Lu 434 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés