Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Recep Tayyip Erdogan accepte la démission Davutoglu

Tractations difficiles en vue de former un gouvernement de coalition




​Recep Tayyip Erdogan accepte la démission Davutoglu
Le président turc a accepté mardi la démission du gouvernement d'Ahmet Davutoglu tandis que les tractations sur la formation d'un gouvernement de coalition vont bon train, deux jours après le revers aux législatives de leur parti qui n'a pas obtenu la majorité absolue.
A l'issue d'un entretien entre les deux hommes dans le palais de M. Erdogan, la présidence a annoncé que, conformément à l'usage, le Premier ministre et son équipe resteraient en place "jusqu'à la constitution d'un nouveau gouvernement".
Selon une source proche du gouvernement, M. Davutoglu, chef du parti arrivé en tête au scrutin de dimanche, ne devrait être chargé de former une nouvelle équipe qu'après l'officialisation des résultats, dans les deux semaines.
Au pouvoir depuis treize ans, le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) a obtenu 40,8% des suffrages et 258 des 550 sièges de députés, en net recul par rapport aux législatives de 2011, quand il avait frôlé les 50%.
Ce résultat a ouvert les tractations en vue de la formation d'un gouvernement de coalition entre l'AKP et l'opposition, qui s'annonce comme un casse-tête. Erdogan a plaidé pour la formation d'une coalition, appelant les partis à préserver la "stabilité" de la Turquie. En cas d'échec des discussions dans les quarante-cinq jours suivant la nomination attendue de Davutoglu, il pourrait dissoudre le nouveau Parlement et convoquer des élections anticipées.
Depuis dimanche soir, les conjectures vont bon train sur les scénarios et le visage aux contours très incertains que pourrait prendre le nouveau gouvernement. Les deux principaux adversaires de l'AKP, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate) et le Parti de l'action nationaliste (MHP, droite) ont respectivement eu 25% et 16,3% des suffrages, totalisant 132 et 80 sièges.
Grande surprise des élections, le parti kurde HDP (Parti démocratique du peuple) et son charismatique chef de file Selahattin Demirtas ont bouleversé le paysage politique turc en réalisant un score historique de 13,1% et en obtenant 80 députés. Ces trois partis ont jusque-là publiquement exclu toute alliance avec l'AKP. 
Tout au long de leur campagne, les trois partis d'opposition ont vertement dénoncé la dérive autoritaire du parti au pouvoir et de l'homme fort du pays. Dans ces conditions, un accord, quel qu'il soit, s'annonce très compliqué.
Chef du gouvernement pendant onze ans, président depuis dix mois, Erdogan a mis tout son poids dans la bataille des législatives pour défendre la mise en place d'un régime présidentiel fort. Mais la dégringolade de l'AKP, qui devait obtenir 330 députés pour réviser la Constitution, a sonné la fin de son ambition.
Les scénarios alternatifs à une coalition dirigée par l'AKP restent très hypothétiques. Reste l'idée d'un gouvernement AKP minoritaire. 
Par ailleurs, de nouvelles violences entre militants kurdes rivaux ont fait trois morts mardi à Diyarbakir (sud-est), dont celle du patron d'une ONG islamiste. Elles interviennent après l'attentat à la bombe qui a fait trois morts et une centaine de blessés vendredi dans la même ville de Diyarbakir, au cours d'une réunion électorale du HDP.

Jeudi 11 Juin 2015

Lu 296 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés