Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Rebbah impute son échec aux hommes et aux éléments

Mauvaise gestion, clientélisme et corruption nuisent à la remise en état des routes et ouvrages d’art




​Rebbah impute son échec aux hommes et aux éléments
Il est facile de se défausser de ses responsabilités sur la nature ou les gens ! C’est ce que semble avoir été la méthode pour laquelle Abdelaziz Rebbah a opté face aux critiques virulentes dont il a fait l’objet suite aux drames causés par les intempéries qui se sont abattues sur le Sud du Maroc. Ainsi, si des ponts se sont effondrés ou des routes ont été défoncées, ce n’est évidemment pas de sa faute, c’est celle de la pluie, voire des entreprises de BTP.   Le contraste est saisissant donc entre les propos du ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique et la méthode Coué qui a longtemps prévalu au sein de l'Exécutif. 
Effet, tout au long du drame qui a coûté la vie à plus de 36 personnes et six portés disparus sans parler des dizaines de familles sans abris, le département de Rebbah s’est contenté de dresser le constat des dégâts et d’ordonner l’ouverture d’une enquête administrative dont les résultats ne seront peut-être jamais publiés.  
Pourtant, la situation est grave. Sur 7.500 ponts, près de 200 menacent ruine, 800  exigent des travaux de réparation urgents, 3.800 ne dépassent pas les 5,50 m de largeur, 100 ont été submergés par l’eau et 200 ont une portance fort limitée. L’état du réseau routier n’a également rien de réjouissant. Hormis les axes autoroutiers, les infrastructures demeurent vétustes et manquent d’entretien. 
Face à cette situation, Rebbah apporte une réponse simple.  Pour lui,  s’il est vrai que le Maroc dispose d’un réseau routier déplorable et de ponts menaçant ruine, le gouvernement n’a nullement les moyens financiers et techniques à même de lui permettre de faire face à la situation ! Et qu’en est-il donc des 1.100 millions de DH alloués en 2013 par son département à l’entretien et à la réparation des ouvrages d’art, au  renforcement de 784 km et au revêtement de 903 km de routes ainsi qu’à la reconstruction de 91 ponts? «On n’a rien vu venir», nous a affirmé le dirigeant d’une société d’entretien et de remise en état des ouvrages d’art. D’après lui, aucun appel d’offres concernant l’entretien de tels ouvrages  n’a été lancé entre 2013 et 2014. « S’il y a certes eu appels d’offres, ils ne concernaient qu’un nombre réduit d’ouvrages d’art et ils ont été lancés en catimini», nous a précisé notre source avant de poursuivre que les hauts fonctionnaires du département de Rebbah expliquent cette situation par les restrictions budgétaires imposées par le gouvernement. 
Un argument qui ne semble pas convaincre notre source, en estimant que l’entretien et la remise en état des ponts ne sont pas la priorité du ministère de l’Equipement. « Prenez l’exemple du pont reliant Azemmour à El Jadida, les travaux d’entretien ont été entamés en  2011 et se poursuivent encore. En effet, le rythme de travail en dit long sur le souci des responsables d’entretenir cet ouvrage d’art », nous a-t-elle confié.
Notre source va plus loin. Elle estime que la situation est plus dramatique dans les régions enclavées. « Il y a des centaines de ponts qui présentent un véritable danger pour la vie des populations notamment dans les zones lointaines. A taouanate, par exemple, il y a plus de 20 ponts qui exigent un entretien d’urgence », nous a-t-elle indiqué.     
L’entretien des routes ne constitue nullement une priorité pour le département de Rebbah. Le ministre semble concentrer ses efforts sur le développement  du réseau  autoroutier au détriment des routes nationales, secondaires voire tertiaires. Pour lui, les moyens financiers et le personnel manquent à l’appel. Une aberration, selon plusieurs experts qui estiment que le ministre manque de volonté politique et d’imagination. D’après eux, les fonds ne font pas défaut. C’est la mauvaise gestion, le clientélisme et la corruption entachant certains appels d’offres qui obèrent tout effort consenti dans ce domaine.  

Hassan Bentaleb
Vendredi 28 Novembre 2014

Lu 762 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés